forumxm.com Index du Forum forumxm.com
Xm-forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un Cauchemar

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Partik
archiduc
archiduc


Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 1236
Thème: xm-jdr (984)

écu: 119

MessagePosté le: 07 Mai 23:27    Sujet du message: Un Cauchemar Répondre en citant

Le petit être gigote sur le sol, il frémit quelques secondes sous les yeux fous de sa mère. Elle remue de toutes ses forces et tente de défaire ses liens sans y parvenir. Ceux qui l'entourent la regardent sans faire le moindre mouvement, sans exprimer le moindre son.
L'amas sanglant et mouvant est entouré d'une grande quantité de liquides aux textures et aux couleurs variées, allant du blanchâtre au rosâtre. Ses gestes sont désordonnés et ses cris restent muets. Ses lèvres sont soudées par une fine membrane gluante qu'il ne parvient pas à déchirer.

La lumière éclaire doucement la scène. Les participants à cette macabre cérémonie reculent dans un même geste de défense. Comme s'ils voulaient que la lumière du jour naissant ne les touche pas. Comme s'ils voulaient marquer cette nuit à jamais. Fixer dans leurs mémoires l'horreur de la scène. Ou tout simplement, comme s'ils voulaient éviter le moindre rayon de soleil. Leurs visages sont dissimulés par de lourdes capuches et les yeux de la femme n'arrivent pas à percer l'obscurité protégeant ses tortionnaires.
Aucune de ses pensées n'est cohérente, toutes les émotions imaginables s'entremêlent dans un puissant maelström. L'agonie de son enfant, la blessure de son ventre, les spectateurs fous, la haine, l'amour, la souffrance, plus rien n'a de sens, tout a du sens. Elle voudrait mourir, ou se venger.

Chaque bruit, qu'il soit issu du corps de la mère ou du nouveau-né, a son identité propre. Chaque bruit est parfaitement identifiable. Les liquides gouttant sur le sol, les mouvements du nouveau-né frappant les masses visqueuses autour de lui. Seuls les bruits comptent puisque les couleurs se mélangent autour de l'être. Deux fortes odeurs se mélangent, toutes deux sont issues de la jeune femme attachée, pourtant, ni les bruits, ni les odeurs ne semblent perturbés les macabres observateurs.

Lorsque l'enfant cesse de bouger, la lumière est presque arrivée à son niveau. La mère, inconsciente, ne fait plus le moindre bruit, ses poignets et ses chevilles sont marqués par les cordes les enserrant. Le sang s'y est imbibé avant de couler lentement le long de son lit de torture. Les spectateurs qui, jusque là étaient restés silencieux, avancent d'un pas en priant. Les paroles impies qu'ils prononcent font reculer la lumière. La noirceur d'une nuit sans lune s'immisce dans la pièce à partir de toutes les ombres s'y trouvant. Finalement, l'une des personnes se baisse et récupère le couteau laissé au sol. Elle en approche la lame près d'une bougie. C'est avec ce couteau que la cérémonie a commencé. La femme s'était couchée de son plein gré, un sortilège ayant vaincu toutes ses réticences. Sur le ventre, elle ne pouvait pas voir ce qui allait se passer autour d'elle. Sa robe était remontée et ses culottes ôtées. La lame avait caressé le bas de son ventre, juste à l'endroit où il commençait à s'arrondir. Dans une position très inconfortable, la femme commençait à gémir, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. C'était seulement avec son premier gémissement, que l'enfant s'était manifesté d'un mouvement et, que la lame, sans hésiter, s'était enfoncée. Le geste et la caresse qui jusque là étaient presque sensuels devenaient tout à coup ceux d'un boucher. La lame s'était enfoncée facilement dans la peau tendue, créant une brèche d'où des liquides de différentes couleurs et de différentes consistances étaient éjectés puissamment. Puis maniée d'une main d'expert, la lame avait continué sur sa trajectoire. Dessinant ainsi la base de la rondeur. L'enfant fut au sol presque aussitôt.
Le tortionnaire ne prêtait pas la moindre intention à sa victime. Laissant tomber l'arme au sol, il avait reculé pour rejoindre le cercle formé par les autres spectateurs.

La pièce, plongée dans l'obscurité devient la scène d'un crime encore plus horrible que le précédent. Les spectateurs se changeant en acteur d'un spectacle bien plus infâme encore que ce qu'il est possible d'imaginer. L'obscurité semble leur donner le pouvoir de faire ce pourquoi ils sont venus. Ils n'hésitent pas un instant, chaque geste ayant pu être préparé des mois à l'avance tant ils sont parfaitement réalisés.

Quelques heures plus tard, la lumière reparaît dans la pièce, elle entre en concurrence avec la clarté d'un incendie naissant. Des flammes lèchent doucement les murs et les meubles. Seuls le souffle court et discret des êtres encapuchonnés et des flammes se fait entendre. Sur le sol, ce qui aurait pu être un enfant n'est plus qu'une masse informe, indescriptible tant par son aspect que par l'odeur qui en émane. Le corps de la femme, atrocement mutilé, continue de remuer. Elle pourrait être encore en vie, mais personne ne s'intéresse plus à elle.
L'un des spectateurs ouvre la porte, tandis que les autres abandonnent la pièce en file indienne.

La porte se referme alors que les premières flammes lèchent le bas du lit.

Un sourire vicieux suivi d'un rire malsain s'imprègnent dans l'esprit de Partik. Il se lève brutalement, le front en sueur et le cœur prêt à le lâcher.
Il souffle bruyamment plusieurs fois. Puis il calme son corps tout en cherchant à calmer aussi son esprit...
- Qu'est-ce qui a pu m'arriver? Pourquoi ce rêve? Est-ce un message? Est-ce lié à quelque chose qui doit se passer, qui s'est passé?

Le prêtre démon se lève, se dirige vers son petit bureau et s'assoit, les bras allongés sur la table, et la joue collée à un vieux parchemin. Ses pensées partent dans de nombreuses directions avant qu'il ne parvienne à trouver une piste qui l'intéresse.
-Serait-ce le Lama qui m'indique par ces messages obscurs que je m'écarte trop de sa voie? Est-ce en rapport avec ces sœurs que j'ai croisé dans la forteresse? Est-ce tout simplement un ...

Tout à coup, une image le frappe... Il se souvient de ces derniers temps passés à chasser des ennemis de plus en plus loin de ses temples. La joie éprouvée dans ces traques ou ces rencontres avec ses futures victimes. Il repense aussi à ces sœurs aperçues rapidement...
Ses pensées se dissipent à nouveau, tandis qu'il se rendort affalé sur son bureau.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Partik
archiduc
archiduc


Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 1236
Thème: xm-jdr (984)

écu: 119

MessagePosté le: 23 Mai 11:59    Sujet du message: Répondre en citant

- Et une petite boule de feu, une. La boule tournoie dans les airs, laissant une splendide traînée orangée sur son passage. En l'espace d'un court instant elle parcourt les quelques centaines de mètres séparant les deux combattants... Enfin, combattant est un bien grand mot. L'un attaquait l'autre par derrière.
L'impact, en plus de faire un bruit de tonnerre projette des gerbes de flammes sur un diamètre de 50 mètres, marquant le temple et ses alentours pour une longue durée.
Partik, fier de lui, fait un petit signe de victoire avant d'aller fouiller les restes enflammés de sa victime. De cette dernière, il ne reste rien, pas même un petit tas de cendres. D'ailleurs, qui était-elle cette personne? Il n'en sait rien...

Tandis qu'il est baissé il entend une voix s'élever du temple. Une voix féminine. Machinalement, il se met en garde, commence à formuler le début de son incantation fétiche pour le cas où et garde la clé en tête pour lâcher le sort au moment voulu. Lentement, il avance vers le temple.
Il y découvre une femme, couchée sur le sol, enfin, sur le corps d'un homme lui même étalé par terre.
Partik laisse son ombre montrer qu'il est dans l'entrée du temple et dit d'une voix forte:
- Mais c'est ma victime là! Tu veux bien la laisser que je l'achève?
Il lâche un petit rire que la femme doit prendre pour celui d'un fou. Cette dernière se lève sans hésiter. Son regard sombre, foudroye le prêtre démon. Mais ce dernier s'en moque ostensiblement.
- Ainsi donc tu comptes m'empêcher de réclamer mon dû?! Ne sais-tu pas que tu es dans mon temple? Je viens d'y tuer béonides et Humains qui s'y querellaient pour rien...
La femme ne l'écoute pas et continue d'avancer dans sa direction, comme un automate. Sans que sa main ne la cherche, elle sort une lame de sous sa robe. Une longue lame, courbée et brillante.
Le prêtre cesse de sourire et devient sérieux.
- Tu ne comptes tout de même pas me frapper avec ça, non?
La femme ne lui répond toujours pas et s'approche inexorablement.
Partik, de moins en moins confiant décide de prononcer les mots qui lui permettront de lâcher son sort sur sa victime. Tant pis pour les dommages collatéraux.
Alors qu'il a répété plusieurs centaines de fois sa formule, qu'il a peaufiné son sort au point d'en faire une oeuvre d'art, les mots ne veulent pas sortir. Ils se mêlent les uns aux autres, amenant la confusion et la peur dans l'esprit du prêtre.
Il continue de chercher sa formule tandis que le bras de la femme, d'un mouvement souple et ample, amène la lame vers son cou.
Lorsqu'enfin il parvient à prononcer la clé de son sort, la boule de feu qu'il crée explose sur sa victime. La lame termine son mouvement et se fiche dans sa gorge tandis que l'explosion et les flammes se déchaînent dans l'entrée du temple, dévastant meubles et murs sans distinction.


Partik ouvre les yeux...
Il est face à un homme qui rit. L'homme en armure reste debout et ne bouge pas. Partik lui a déjà lancé tous les sorts qu'il pouvait sans même égratigner son ennemi. L'autre continue de rire et de se moquer. Le prêtre décide de lancer un dernier sort et de s'enfuir.
De la fumée apparaît de nul part et entoure les combatants. Partik en profite pour s'enfuir tandis qu'une lame traverse sa gorge dans une splendide gerbe de sang et qu'il tombe en cloche sur le sol, finissant par la même de penser...

Lorsqu'il rouvre les yeux et qu'il voit plusieurs centaures autour de lui, Partik ne peut retenir un souffle de dépis...

C'est alors qu'il ouvre les yeux pour de bon, dans un lit, dans la forteresse de Pandora.
- Ouf c'était un rêve. Je n'aurais jamais pensé que ....
Ramené à la réalité tandis qu'un fil de barbelé l'entoure et qu'il sent ses membres brûler, il comprend qu'il ne rêvait pas, qu'il venait de subir un sort d'illusion...

- J'aurais vraiment préféré rêver...
Les Béonides rient autour de lui, leurs dents jaûnatres prêts à entamer leur balet sur son corps...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com