forumxm.com Index du Forum forumxm.com
Xm-forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

INITIATION ET HERITAGE [RP COMMUN - EN COURS]
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 30 Sep 17:41    Sujet du message: INITIATION ET HERITAGE [RP COMMUN - EN COURS] Répondre en citant

Chapitre I : La rencontre


Phoebus allongé dans les hautes herbes de la clairière observait amusé la jouvencelle.
Armée d'une simple branche, elle se fendait et esquivait des assauts imaginaires.

Ha scélérat, tu vas goûter la lame de l'épée de Morla

Les gesticulations de la damoiselle emportèrent le chevalier dans un grand éclat de rire.
Surprise, elle se retourna prestement scrutant les lieux. Phoebus mis un genou à terre, et se releva hilare.
Le pourpre colorait les joues de la jeunette, l'œil noir elle toisait maintenant le chevalier, ce malotru qui se moquait ...
Elle leva haut son bras armé, ce qui accentua davantage le rire de l'effronté.

" Hé là, doucement petit scarabée je ne suis pas ton ennemi. Ta fougue m'impressionne."

Les paroles de l'étranger n'était pas pour calmer Morla. Phoebus sentit que la plaisanterie avait ses limites.
Il changea de ton pour amadouer la belle.
" J'avoue que je me suis un peu amusé de la situation mais c'est sans malice, acceptez mes excuses .."
Le regard était soupçonneux. Elle répliqua :

" Pourquoi m'appelez vous petit scarabée ??"

La question surpris Phoebus. Il devait improviser. Certes le surnom était affectueux et amical, mais dans un premier temps voyant se démener la damoiselle, l'image d'un coléoptère sur le dos pattes brassant l'air, lui avait traversé l'esprit. Il ne pouvait quand même pas lui révéler cette vision peu flatteuse.
Il se racla la gorge et déclara sans sourciller :

" Morla me fait penser au Keprer (* des ancêtres lointains l'avaient affublés de ce nom), associé aux forces génératrices du soleil, il est devenu symbole d’immortalité. "

Les traits de Morla se radoucirent.
Phoebus soulagé pensa qu'il n'avait commis qu'un demi mensonge,le petit scarabée semblait volontaire mais manquait visiblement d'expérience ...


Dernière édition par Phoebus le 09 Déc 20:43; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 30 Sep 17:49    Sujet du message: Répondre en citant

Elle s’approcha lentement de l’inconnu qui s’était adressé à elle. Voilà quelqu’un de bien familier pensa-t-elle en son fort intérieur, une telle aisance ne peut être que l’expression d’une assurance acquise, mais comment ?

-Qui êtes vous ?

-Un simple chevalier, damoiselle, qui répond au nom de Phoebus….entre autre

Il se remit à rire.

Morla se figea instantanément mais bien trop brièvement pour qu’il s’en aperçoive. Tandis qu’il riait et ramassait ses effets personnels, un flot d’informations traversait l’esprit de Morla à une vitesse vertigineuse. Phoebus ?!? le chevalier blanc ? lui ? celui qui avait été choisi ? elle savait qu’il se trouvait sur les terres de Midgard et qu’il passait parfois au village voisin…..mais comment savoir avec certitude qu’il était-il celui qu’elle avait cherché depuis si longtemps ? elle avait longuement envisagé les divers moyens d’organiser cette rencontre mais elle n’était pas encore prête et voilà que le hasard mettait sur son chemin peut être un des personnages clé de son destin...il fallait en être sûr et il était hors de question de commettre l’impair d’un questionnement direct.
Phoebus avait conscience de faire l’objet d’un examen attentif qu’il mit sur le compte du trouble de la jeunesse d’avoir été surprise dans une attitude de bouffon.

-alors, chère damoiselle, vous ne me faites pas l’honneur de vous présenter ?

-Morla………..

répondit-elle précipitamment songeant qu’elle devait absolument apprendre de lui, ne pas le laisser partir….

-Vous vous dites chevalier ? pourtant je ne vois qu’un agglomérat de provocations dans vos propos qui ne sied pas à cette caste………ajouta-t-elle d’un ton boudeur.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 30 Sep 18:09    Sujet du message: Répondre en citant

Phoebus avait croisé moult jeunes recrues, mais d'expérience il savait leur passage éphémère sur ces terres. Nombre de combattants rejoignaient son peuple avant de grossir les rangs ennemis, par facilité, cupidité, ou soif de puissance.
La répartie de la donzelle suscita sa curiosité. Impétueuse, minois fort agréable, mais fiable ?? s'interrogea le chevalier.
Il ne faisait pas confiance facilement et se méfiait des étrangers. En cette période trouble, son peuple subissait les assauts de la tri-alliance, la trahison et les complots se multipliaient. Il devenait plus suspicieux.
Il ne laissa paraître aucun signe d'impatience, et d'un ton faussement neutre répondit :

"Je vous concède mes manières un peu rustres, mais nous sommes en guerre damoiselle Morla. D'ailleurs ne me dites pas que vous parcourez ces terres seule, sans un équipement digne de ce nom ??? Ne craignez vous pas de mauvaises rencontres ??? "

Tout en s'exprimant Phoebus campé devant Morla agitait nonchalamment son bâton de feu. Il ne souriait plus, la fixait intensément, son regard inquisiteur détaillant impudemment son anatomie. Il jouait avec son interlocutrice. Ce n'était pas cette fille aux traits juvéniles qui devait porter à peine une vingtaine de printemps qui allait impressionner Phoebus.
Soit la damoiselle insouciante ne percevait aucune menace potentielle, soit elle allait réagir.
Mais un étrange sentiment gagnait le chevalier. Une envie imperceptible, qu'il ne mesurait pas encore, un rôle qu'il n'avait jamais encore ressenti. Le besoin de protéger cette "femme enfant" ..
Certes il donnait toute son énergie à la cause de son peuple, mais jamais il ne s'était investi pour une seule personne. Il venait d'identifier son trouble. S'il sentait la nécessité de communiquer son expérience, il n'était donc plus ce jeune chevalier insouciant et rieur d'antan ??. Agacé il chassa ses états d'âme et reposa la question :

"Alors petit scarabée ?? vous n'avez donc pas peur ?? "


Dernière édition par Phoebus le 30 Sep 19:21; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 30 Sep 19:18    Sujet du message: Répondre en citant

Morla qui avait noté le changement d’attitude chez son interlocuteur, sentait qu’il l’évaluait. La menace n’était pas dans le tournoiement du bâton du feu, elle était dans l’insolence du regard qu’il portait sur elle. Elle ne devait pas perdre la bataille de l’affrontement visuel et dans cette mise à l’épreuve inattendue, elle choisit de suivre son instinct. C’est la prunelle rétrécie à une seule lueur de défi qu’elle répliqua froidement…

« Ce n’est pas de la peur que je me méfie, elle n’est qu’une conséquence…et parfois une alliée »

Tandis qu’elle essayait d’ignorer les battements de son cœur affolé, elle priait intensément que Phoebus cesse de la regarder avec ce qui lui semblait le dédain habituel que nombre chevalier ou magicien d’expérience réserve souvent aux plus jeunes.

Elle avait passé presque toutes ses jeunes années, coupée du monde par les épaisses murailles de Machiavryn un monastère très reculé, uniquement entourée de livres et de moines fanatiques. Une vie d’austérité que seul réchauffait son imaginaire. Une vie presque inutile commencée dans l’ignorance de soi, éloignée des vibrations du monde, à l’abri des souffrances corporelles mais pas de celles de l’âme. La rage soudain montait en elle, le fait de devoir prouver, toujours, ce que l’on vaut pour être digne d’intérêt ou simplement digne de vivre, animait sa révolte. Sa gorge se serra et immédiatement elle tourna le dos au chevalier pour se rediriger vers le chêne dont elle avait brisé une des branches…cachant ainsi ses émotions et avant de perdre totalement la face.

La force tranquille de son interlocuteur, cette supériorité naturelle qu’elle recevait de plein fouet, la submergea de doutes….si c’était Lui, qu’espérait-elle obtenir ? elle mesurait l’étendue de son inexpérience, sa maladresse et le poids de ses questions sans réponses. Toute la volonté qui l’avait poussée à quitter son édifice de pierre, semblait s’effriter. Elle maîtrisa les larmes de colère qui venaient en fixant les hautes herbes qu’elle foulait, appelant leur indifférence à son secours.

Rien qu’en s’avançant vers l’ombre du chêne noueux, Morla senti qu’elle devait relever la tête, se forcer à lui faire face. Elle se retourna, ses sens aiguisés par la nécessité absolue d’annihiler provisoirement la tension qu’elle sentait palpable entre eux et se forçant à sourire, elle ajouta :

« vous envisagez de me prouver que vous êtes une mauvaise rencontre ? qu’attendez vous alors ? je n’ai pas d’équipement effectivement mais……… qui vous dit que je suis seule ?»

Elle esquissa alors un léger mouvement de la main et siffla imperceptiblement.
Une nuée d’oiseaux comme surgie de nulle part fit immédiatement écran entre elle et lui…pour fondre ensuite sur le chevalier dans un bruit assourdissant. Profitant de la diversion qui la dérobait à son regard, Morla se mit à courir pour disparaître dans l’obscurité de la forêt qui bordait la clairière. Elle savait que cet artifice ne durerait pas longtemps et essaya de forcer l’allure. Elle n’avait pas le temps de se maudire de son échec, toute son énergie et ses pensées étaient mobilisées dans sa fuite, plus tard elle réfléchirait, si toutefois il la laissait en vie. A l’instant même où elle formulait intérieurement l’angoisse qui l’étreignait, une lumière éblouissante l'enveloppa, elle eu juste le temps de lancer dans un souffle, un appel :

« Isabeult !!!!!!!! »

Impuissante, elle réalisa que le magicien venait de la paralyser. Elle était stupéfaite qu’un tel sort puisse agir à une telle distance. Prisonnière d’elle-même, elle ne pouvait qu’attendre, attendre qu’il se rapproche et effectivement elle l’entendit qui venait d’un pas tranquille, vers elle.


Dernière édition par MORLA le 30 Sep 22:06; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 30 Sep 19:28    Sujet du message: Répondre en citant

Le temps de sa progression, le chevalier regrettait amèrement ses paroles. Il n'avait pas été dupe de l'embarras de Morla. L'attitude de la damoiselle trahissait son désarroi. Depuis quelques temps il s'emportait et regrettait aussitôt ses débordements. Il s'approcha et posa sa main sur ses frêles épaules. Ce contact tactile dissipa aussitôt les effets de la magie. Il la sentit tressaillir. De plus en plus mal à l'aise, il lui semblait accumuler les maladresses.
Il devait la rassurer et la mettre en confiance. D'une voix plus douce il rompit maladroitement le silence :

"Je suis un goujat dame Morla. Il fut un temps où Phoebus savait parler aux dames, les flatter, les amuser. Mais la guerre a pris la place de l'amour, et le chevalier erre depuis bien des lunes en solitaire. Son épouse Justosee, son havre de paix, lui manque et il s'excuse d'avoir bafoué les règles de l''hospitalité. Vous avez raison un chevalier n'agit pas de la sorte.... "

Phoebus pesait chaque mot, observant Morla. Elle lui tournait toujours le dos, mais progressivement, tout doucement comme un animal apprivoisé, se retourna. Ses traits semblaient se détendre imperceptiblement, son regard exprimait maintenant la reconnaissance…

" Je vais rejoindre Midgard et si Morla accepte ma compagnie ce sera l'occasion de faire connaissance. Je vous promets de ne pas vous importuner avec des questions indiscrètes ... et nous nous quitterons j'espère bons amis "
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 30 Sep 19:37    Sujet du message: Répondre en citant

Elle ne trouvait point les mots pour traduire ce qu’elle ressentait, partagée entre l’immense soulagement d’être en vie et celui d’entrapercevoir la possibilité inespérée de côtoyer sans éveiller ses soupçons celui dont le nom, 20 ans auparavant, avait été prononcé par une personne qui lui était chère.

Elle compris aussi avec l’adoucissement du ton du chevalier blanc, que la méfiance était de règle en ces temps obscurs de confrontations guerrières, qu’il n’avait eu à aucun moment l’intention de la malmener. Son intuition première était donc la bonne, il cherchait seulement à l’évaluer, ensuite elle s’était simplement laissée envahir par la panique et dans son orgueil de ne pas vouloir montrer sa fragilité, elle n’avait fait preuve que d’arrogance et de suffisance. Elle se sentait d’autant plus honteuse qu’il ne semblait pas lui en tenir rigueur. Il était près d’elle, sans la moindre égratignure au visage…..

« les oiseaux….ils n’ont pas……. ? »

Phoebus se mit à rire.

«non, Morla, ils n’ont pas pu…. »

Elle le scruta et ajouta :

« Je vous accompagne volontiers, oui, m’apprendrez vous à utiliser la peur ? ».

Elle étouffa le cri de triomphe qui habitait son cœur, elle avait une chance de comprendre son passé maintenant qu’elle en avait trouvé un fragment. Il lèverait sûrement le voile des mystères de sa vie, mais elle n’avait pas conscience en usant de ses misérables stratagèmes, qu’elle jetait entre eux le voile du mensonge, de l’omission trop heureuse qu’elle était de pouvoir partager quelques instants avec Lui, le chevalier blanc, la légende………
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 06 Jan 20:57    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre II : L’initiation du petit scarabée


Ils entamèrent ce bout de voyage dans le clair-obscur de la forêt, Isabeult était venue, mais elle resta à distance fixant de son œil noir le chevalier. Morla qui avait l’habitude de l’avoir sur ses épaules s’étonna de son comportement. De taille exceptionnellement plus petite que la moyenne des volatiles de sa race, elle était néanmoins extrêmement rapide. Morla pensa que son faucon pourtant de nature peu farouche avait senti le sort du chevalier et l’avait interprété comme une menace. Mais, assimiler cette prise de distance comme une simple réaction de protection était peut être un peu hâtif et Morla intuitivement le savait, seulement elle avait d’autres préoccupations.

Ils marchaient en silence, Phoebus la précédait. Elle eu tout le loisir de l’examiner sans retenue, la démarche, la manière qu’il avait de communiquer avec Ambre : fermeté, douceur, retenue…mais il y avait quelque chose d’autre….au delà du fait que rien ne semblait l’atteindre….la puissance et donc, la possibilité de la violence.

Il lui avait dit : « dans les profondeurs de cette forêt, ne dites pas un mot, il existe des formes de vie étranges dont nous ne connaissons pas tous les secrets, respecter ces lieux est un devoir parfois un impératif de survie. Donc tant que nous foulerons ce sol, il faut faire preuve d’humilité, d’effacement et de prudence. La nature est une déesse sans cœur et sans âme, elle se nourrit de morts et de sang, elle est surtout le théâtre de nos affrontements. Ne lui vouez aucun culte pour sa beauté trompeuse, elle est là depuis la nuit des temps et nous survivra, nous, nous ne sommes que des passagers… ».

Lentement, après ses propos, Morla percevait son environnement différemment, comme s’il lui avait distillé une sensibilité supérieure. En changeant son regard, même de manière insignifiante, il la changeait, elle.

A mesure qu’elle marchait sur ses traces, ses pensées vagabondaient….elle revoyait Thirnbur ….il s’était présenté deux ans plus tôt aux portes du monastère le jour de sa date d’anniversaire, celle de ces 18 ans….elle ne l’avait jamais vu et avait considéré cet étranger avec un intérêt dévorant. C’était déjà surprenant que quelqu’un du monde extérieur la connaisse et encore davantage qu’il se présente à elle, vêtu de beaux atours. Très vite dès son arrivée, il avait demandé aux Moines une pièce privée à l’abri de toute écoute. La somme qu’il leur avait discrètement donné et les quelques mots chuchotés à leurs oreilles avaient satisfait leur cupidité et eu raison de leur curiosité.

Elle s’était laissée conduire, dans une des tourelles et attendit patiemment. Une fois seuls, sans un mot, Thirnbur sortit de sa cape deux lettres cachetées qui semblaient très anciennes. Morla savait pour avoir vécu au milieu des livres la précaution dont il fallait entourer les messages du temps passé aussi elle se contenta de les observer. C’est alors qu’il dit, d’une voix rendue caverneuse par les lieux.
« Je suis Thirnbur, jurat de profession ou si vous préférez un magistrat chargé de la police et de la justice seigneuriale. Je suis là à titre tout à fait personnel pour faire respecter les dernières volontés de l’auteur de ces écrits. A ce titre, je dois vous donner ceci. » Il pris l’une des lettres et au moment même où morla la toucha, la seconde restée dans la main du consul brilla d’une lueur bleutée et disparue instantanément.
Que s’est-il passé ? » demanda Morla
Rien, vous avez pris la lettre qui vous était destinée, l’autre s’est détruite automatiquement. »
Pourquoi ? »
Il ne répondit pas.
Elle ouvrit le message, une écriture fine, féminine, déliée, avec des arabesques magnifiques, elle voulu le lire à voix haute mais c’était impossible, il était écrit,

Au-delà de notre frontière sombre
à la croisée de tous les chemins
quand ni le jour ni la nuit ne tombe
Toute création verra son destin

Quand le calice de nos solitudes,
Se remplira de toutes ces absences,
Trop lourd d’amertumes et d’incertitudes,
Honore ce moment de ta présence

Et l’enfant du soleil sous sa peau de métal
Quittera le sommeil au charme du minéral

Si tu reçois ceci c’est que je ne suis plus.
Mais toi tu as encore une chance.
Mon enfant, je t’aime.


Mon dieu, c’est…. ? » Son regard qui habituellement semblait refuser la lumière du jour, brûlait maintenant du feu intérieur d’émotions jusqu’alors inconnues.

« Votre mère, oui. Elle l’a laissé pour vous bien avant votre naissance. Je ne sais rien de plus sinon que sa fin a été tragique. Une grande dame. Elle a entouré cette lettre d’enchantements capables de résister au temps et capable de lui survivre. Ses mots sont pour vous seule, ils sont d’une importance capitale sans quoi elle n’aurait pas pris autant de précautions, je suppose même qu’elle en a pris d’autres inconnues de moi. »

Je n’y comprends rien… » murmura Morla, émue

Je suis désolé, je vous l’ai dit, je n’en sais pas davantage ».

Et l’autre lettre c’était pourquoi ? » s’enquit-elle

Simplement dans le cas où vous n’auriez pas pu survivre. Elle était destinée à quelqu’un d’autre : Messire Phoebus ».

Que disait-elle, cette autre lettre ? »

Ne soyez pas naïve jeune enfant…je l’ignore et je crois que c’est mieux ainsi ».

Phoebus ? qui est-ce ? Mam…..je veux dire, ma mère le connaissait ? Il est encore en vie ? »

Plutôt bien en vie, à ce que j’entends parfois, il eu un infime sourire, maintenant quant à savoir s’ils se connaissaient, je regrette de ne pouvoir vous en dire plus, elle m’a simplement confié une tâche après s’être assurée de ma loyauté et de ma discrétion, ah si, elle a bien rajouté ces mots pour le moins énigmatiques…l’avenir ne ment jamais, mais c'est bien là tout ce que je sais ».

-" Parlez moi d’elle…." elle le suppliait presque…………..

Morla, MORLAAA !!! » Phoebus criait presque.

Elle quitta sa rêverie et réalisa qu’ils avaient quitté la forêt pour un bois moins dense. Elle s’était laissée distancée mais elle n’avait pas l’habitude des longues marches sur des sols difficiles.

« êtes vous fatiguée ? » s’enquit Phoebus en retournant sur ses pas.

« Euh....il ne s’agit pas de ça, j’ai vécu en retrait des tumultes du monde et je me demandais ........hum.........si maintenant que nous sommes hors de la forêt vous ne pouviez pas me raconter vos exploits, vos batailles… »
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 06 Jan 21:06    Sujet du message: Répondre en citant

La réponse du chevalier allait certainement surprendre Morla, mais il se préservait, se retranchant derrière le prétexte fallacieux de l'intérêt collectif.

« Morla je ne peux relater aucun exploit personnel, ce serait présomptueux et irrespectueux au regard de notre peuple. N'attendez pas de grands récits, mais je vous affranchirai des affaires des hommes »

Phoebus entreprit de narrer les évènements qui ponctuèrent l'histoire Xmienne. Il n'avait pas connu la magnificence, ni la décadence du peuple centaure ... encore moins la création de cet univers, où seule deux nations s'affrontaient.

A son arrivée sur ces terres inhospitalières il avait rallié la cause des "zoms". Dame Hello l'avait accueilli. Avec son époux de forgeron Ludwig, ils étaient devenus ses précepteurs. Prédisposé pour le combat, il s'était naturellement orienté vers la magie...

Bien sûr il avait parfois ressenti le besoin d'explorer d'autres horizons, mais ses amis avaient toujours trouvé les mots pour le retenir. Sensible aux arguments des dames, par décence, il n'avouera pas le nombre de fois qu'il fut retenu par Hello et Cadfael.

Mais son implication dans la vie du peuple des zoms avait scellé définitivement sa loyauté.

Phoebus s'appliqua à décrire à Morla les us et coutumes de son peuple, les alliances et trahisons, les périodes difficiles, les réactions d'orgueil d'un peuple refusant de plier sous le joug, la journée de la paix, l'émergence d'une nouvelle idéologie : Sythis et de ses adeptes.

Comme à son habitude il essaya de rester le plus objectif possible.

Le chevalier ne souhaitait pas influencer Morla. Elle se ferait son opinion, peut être qu'un jour elle pourrait succomber aux chants d'autres sirènes.

Il insista sur l'esprit de solidarité et les efforts d'intégration des jeunes recrues par les plus anciens. Bien sûr, parfois la perception des nouveaux venus différait. Certains ne s'étaient pas adaptés et tenaient même une profonde rancœur à notre peuple.

Le peuple des hommes considéré par ses pairs, au même titre que celui des démons, comme l'une des "races" supérieures, ne jouissait pas d'une bonne réputation et faisait l'objet de nombreuses attaques.

Mais Phoebus répugnait à utiliser ces termes "race", "supérieur". Il expliqua à Morla que sa conception différait parfois de l'avis de certains combattants. Certes la guerre faisait rage pour le partage des terres, chacun revendiquant une zone. Mais il ne sous estimait aucun peuple, ne nourrissait aucune rancœur. Il combattait pour son peuple, et déployait toute sa volonté à conserver ces terres. Les peuples "Béonides" et "Centaures" d'origine apatrides, ne comprenaient pas cet attachement à ces terres là. Pourquoi les hommes parfois boutés de Midgard n'allaient pas convoiter les terres voisines ???

Par fierté, par attachement, par mémoire, les raisons étaient multiples.

"Morla ne doit jamais oublier ses origines. Un jour Phoebus a été à sa place. Un jour pétrifié d'effroi il a vu déferler ces hordes sanguinaires. Incrédule il a connu la déroute, le froid et la peur. Un jour Morla aura parcouru le même chemin que Phoebus. Son nom sera connu sur les terres Xmiennes. Ce jour là, il ne faudra pas mépriser nos jeunes recrues. Ce jour là peut être que Phoebus ne sera plus. "

A ses révélations d'une gravité solennelle, le chevalier changeait parfois de ton et sans transition relatait quelques anecdotes plus légères..

Morla lui posait parfois quelques questions sur sa vie privée. Il éludait habilement la réponse, visiblement il ne souhaitait pas s'épancher.

Il se confia néanmoins une fois sur sa rencontre peu banale avec Faye. Comment la magicienne avait pris son parti à l'estaminet quand Liona l'avait interpellé. Comment il l'avait retrouvée inanimée dans son plus simple appareil quand Elwynn usant de sa magie l'avait projetée à l'extérieur des lieux...

Ces longues heures ou il l'avait portée à travers les landes, puis veillé, pressentant un danger dont il n'a jamais pu identifié l'origine. Il ignorait alors les activités de la dame de la nuit. Les propos du chevalier trahissaient plus qu'une grande affection. Il fallait être dupe pour ne pas deviner leur idylle.

Phoebus avait apprécié les quelques jours où il avait tenu son rôle de guide. Mais, par expérience il savait que Morla pouvait disparaitre instantanément. Il était temps de lui signifier congé.

Petit scarabée ... il avait quelques difficultés à imaginer ne plus prononcer ces mots :
Petit scarabée

Parvenus au but de leur voyage, le chevalier guida Morla dans les dédales de la citée de Midgard…
Puis il lui annonça très simplement :
« Je vous laisse, dorénavant, poursuivez votre route, j’ai été heureux de partager ces quelques instants avec vous ».
L'absence de réaction de Morla contraria quelque peu Phoebus mais il n'en laissa rien paraitre...

Il avait recommandé Morla à l'aubergiste de l'estaminet. Ce dernier lui avait attribué une mansarde, petite mais confortable.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 08 Jan 20:01    Sujet du message: Répondre en citant

Au moment où il prit congés d’elle quelque temps après leur arrivé au pied des murailles de la forteresse, elle l’aperçut qui rentrait dans une obscure boutique où une affaire urgente semblait l’appeler.

Elle décida de s’y rendre une fois qu’il se serait éloigné. Elle pénétra ainsi chez l’apothicaire sans avoir la moindre idée sur la façon dont elle s’y prendrait pour savoir ce que le chevalier était venu y faire.

En errant, dans la boutique, véritable cathédrale de potions et d’herbe de toute sorte, elle eu sa réponse. Sur l’étal, figurait un parchemin sur lequel le chevalier proposait son enseignement…..tiens, tiens….se dit-elle soudain réjouie….tout n’est pas perdu…..

Puis, soudain, elle se vexa, en réalisant qu’il ne lui avait rien proposé, elle réclama toutefois une plume et inscrivit son nom à l’endroit où les candidats intéressés devaient apposer leur signature et elle sortit prestement afin de se rendre à l’estaminet….Elle savait que le chevalier y séjournait parfois et espérait le recroiser.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 10 Jan 11:51    Sujet du message: Répondre en citant

Il arrivait souvent au chevalier de partir avant l'aube et curieusement au détour d'une ruelle il rencontrait inopinément Morla ..
Ils ne passaient pas une journée sans se croiser.
Ces coïncidences répétées intriguèrent Phoebus. Sa chambre était située à l'étage inférieur juste en dessous de celle de la damoiselle. Un matin il sortit, descendit les escaliers et se dissimula dans l'ombre.
Quelques instants plus tard Morla pénétra dans la grande salle de l'estaminet. Elle ouvrit précautionneusement la porte, et Phoebus lui emboita discrètement le pas.
Amusé, il la suivit à distance suffisante. Elle avait accéléré le pas. Elle finit par s'arrêter, tournant frénétiquement la tête de droite à gauche. Puis posa les mains sur les hanches visiblement
dépitée. Le chevalier s'approcha furtivement et lui tapota l'épaule. Elle sursauta.

"Alors petit scarabée vous faites des insomnies ??? "

Même si le manteau noir de la nuit les enveloppait, Phoebus devina instinctivement le pourpre colorer les joues de Morla.
Il éclata d'un grand rire qui trouva l'echo de celui de Morla.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 18 Jan 15:12    Sujet du message: Répondre en citant

« Chevalier… », commença-t-elle en reprenant son souffle…

« Je vais être directe, je vous avoue que j’espérais une visite de votre part. Voilà plusieurs jours que je suis inscrite à votre programme « batailles : entraînements et tactiques »…et rien.

Il y aurait-il une raison à cela ? douteriez vous de ma motivation,de mes capacités ? suis-je trop jeune, trop âgée ? où est-ce le fait que je sois une fille qui vous dérange ?
»
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 18 Jan 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

Pour éviter des explications embarrassées, il la rassura prestement :


"Chère enfant c'est avec plaisir que je continuerai à vous guider et à vous inculquer l'art de la guerre."


Quel caractère pensa t il ... me voilà dans le rôle de précepteur.

Ainsi commença la formation de "l'apprentie" Morla.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 19 Jan 20:52    Sujet du message: Répondre en citant

Plusieurs semaines s’étaient écoulées….Phoebus et elle se rencontraient aléatoirement pour sa formation et le plus souvent à la demande du chevalier qui avait peu de temps à lui consacrer. Toutefois, elle avait appris beaucoup de choses notamment sur la forteresse, son histoire, sans oublier les coutumes propres aux hommes qui y demeuraient…

Un jour qu’elle déambulait dans les ruelles étroites de cette petite ville fortifiée….elle entendit un manant s’exprimer dans une langue étrange…d’où émergeait quelques fois des termes compréhensibles…..d’aucun disait qu’il était devenu fou après avoir été foudroyé et il restait le plus souvent des heures accroupi dans l’angle d’une muraille qu’il neige ou qu’il fasse un soleil de plomb en train de psalmodier des discours sans fin.

Seulement, ce jour là, elle l’entendit distinctement dire « ni soleil, ni lune »…. « tourigph, rhoô » « le retour des damnés » … « rjiovert…ret….viscae »……..

Intriguée, parce que ces mots lui rappelèrent le « quand ni le jour ni la nuit ne tombe » inscrit sur le parchemin légué par sa mère, elle s’approcha gentiment de lui…et lui dit…. « ni soleil, ni lune ..qu’est ce que ça veut dire ? »

fourit mascuram » …répondit-il en écarquillant les yeux….

non, vous avez dit, ni soleil, ni lune »…reprit Morla

les mooooooorts se lèvent »………s’étrangla-t-il presque en tendant un doigt noueux vers le ciel..

quoi ? quels morts…à cause de l’absence de la lune et du soleil ? »

goirrunt…vicarnumm »….

s’il vous plait, le supplia Morla……d’où viennent ces morts ? »

aaaaaaaaarggggghhhhh »……le manant commença à s’agiter et à se taper l’arrière de la tête contre la muraille

doucement, je vous en prie, s’écria Morla, calmez vous, je m’en vais, regardez je m’éloigne »…. lentement elle s’écarta de lui….et le vit reprendre son calme et sa narration incohérente…..puis de nouveau elle l’entendit répéter « ni soleil, ni lune » mais elle savait qu’elle ne pouvait plus rien en tirer et regagna l’estaminet où lentement elle ressorti un minuscule parchemin caché dans son corsage pour le relire.

Maman, qu’essayes-tu de me dire ? ».

Le lendemain, elle se décida à rencontrer le diplomate Mick le fou qui possédait dans le cadre de ses fonctions une impressionnante bibliothèque ….peut être pourrait-elle apprendre quelque chose….Elle savait qu’elle avançait totalement au hasard…mais qu’avait-elle d’autre ?

Les gardes chargés de la surveillance de ses appartements lui barrèrent évidemment le passage. Morla entama une longue et vaine négociation pour tenter d’obtenir une audience sans succès. A ce moment précis….une grande dame devant laquelle les gardes se prosternèrent passa devant Morla et s’engagea dans l’antre de la majestueuse demeure…mais contre toute attente elle se retourna vers la jeune fille et dit aux gardes « laissez la passer !».

-"Ma dame", balbutia Morla, "comment vous remercier ?"

-"Appelez moi simplement Dame Cadfael, en tout cas je sais qui vous êtes jeune demoiselle mais n’espérez pas que notre diplomate puisse vous recevoir, exposez moi plutôt les griefs que vous envisagiez d’évoquer à Messire Mick…"

-"Oh je n’ai pas de griefs …je voudrai simplement …euh….accéder à certains ouvrages..pour ma culture…..euh…." répondit Morla.

-"Quels genres de livres ?"

-"Disons sur le ciel, les saisons, le soleil et la lune…..et d’histoire aussi, sur l’origine de la forteresse…les anciennes fondations."

-Cadfael, plissa les yeux…. « vous savez que notre diplomate n’a pas de fonctions de bibliothécaire répliqua-t-elle sèchement…… »

-"euh bien entendu ….mais euh…l’ennui c’est qu’en dehors des édifices religieux c’est difficile de trouver des livres et encore ils possèdent surtout des ouvrages avec des psaumes…je doute y trouver ces thèmes là et je n’ai pas les moyens d’en acheter……enfin Messire Phoebus m’a indiqué que je pouvais m’adresser à notre diplomate si j’avais vraiment besoin de quelque chose…et ..euh, je souhaiterai occuper utilement mes journées."

-Cadfael, se radoucit………et rajouta…. « bien, attendez moi »……..

Morla resta ainsi de longues heures à arpenter nerveusement l'immense entrée où elle se trouvait, faisant résonner les dalles.

Quand enfin, elle aperçut Cadfael, celle-ci lui dit…"j’ai adressé votre requête à messire Mick…il a fait dépêcher quelques gens de la maison pour vous livrer certains ouvrages….je me suis engagée pour vous que vous les restituerez aussi vite que possible, ne me décevez pas."

-"Merci infiniment Ma Dame..".murmura Morla, puis sans un mot, Cadfael s’éloigna……..

-Morla resta un moment songeuse…elle sentait que Dame Cadfael n’était pas dupe. Déjà c’était assez curieux qu’une jeune fille puisse s’intéresser à de tels sujets et plus encore le fait qu’elle ose s’adresser en haut lieu…donc si elle l’avait aidé, ce n''était peut être pas par simple bonté. Je devrai être plus prudente à l’avenir se dit-elle mais elle reconnaissait que sur ce coup là elle n’avait pas d’alternative.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 25 Avr 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Puis c’est à ses heures perdues qu’elle commença une lente et fastidieuse lecture des textes anciens. La piste sur laquelle elle s’avançait restait obscure mais elle avait décidé de se fier à son intuition et espérait seulement apprendre suffisamment de choses pour obtenir des avancées dans le décryptage du message maternel. Des jours et des nuits se suivirent en tout point pareils avec juste le bruit des pages qu’on tourne et de ses griffonnement sur des parchemins épars. De temps à autre, elle jetait un œil contrarié sur ceux remplis des enseignements de Phoebus qu’elle délaissait.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 25 Avr 17:46    Sujet du message: Répondre en citant

Presqu’une lune plus tard, elle se tenait près d’un chêne assez éloigné de Midgard.

Seule.

Elle eu une pensée pour son précepteur. Cela se produisait à chaque fois qu’elle agissait pour ses affaires personnelles et qu’elle délaissait sa progression guerrière et tactique. Elle lui cachait tant de choses qu’elle se sentait déloyale à son égard, c’était son mentor, son ami. Elle lui devait beaucoup et savait qu’elle pouvait apprendre à ses côtés. Elle redoutait seulement qu’il ne la délaisse s’il apprenait son histoire trouble, ses objectifs, ses opinions. Il était tellement dévoué à sa cause, un homme d’honneur, intimement convaincu par ses principes, son sens de l’engagement. Certes, son cœur avait été ardent dans le passé, un homme fait de chair et sang, sans doute avait-il été plus sincère que d’autres assumant les élans de ses sentiments. Qu’importe au fond, il y a l’amour et la nécessité de la guerre, s’attendre à des comportements identiques dans des domaines aussi différents c’est mal connaître l’homme, ses facettes, sa dualité.

Elle ne savait que faire et dans le doute, comme toujours, elle s’abstient quand elle le vit enfin arriver de lui faire part des tourments de son âme et c’est d’un air désinvolte qu’elle lui dit :
« vous êtes en retard, cela ne vous ressemble pas …alcyne a-t-elle été à ce point distraite par un mulot pour que vous ayez dû la chercher vous-même ? »

Phoebus sourit, leurs brèves rencontres commençaient toujours ainsi plus ou moins, sans fioriture, un soupçon abruptes mais il la connaissait…
« Pourquoi ne dites-vous pas : où étiez vous j’étais inquiète ? » reprit-il en riant.

Elle haussa les épaules, agaçée….

Il rit de plus belle et sauta de son cheval et dit aussitôt d’une voix grave…. « leçon 15 : l’observation ».

Ah voilà quelque chose d’intéressant, mais que peut-il m’apprendre si ce n’est de faire attention ? elle garda toutefois ses réflexions offensantes pour elle …
« bien, allons y ! » répondit-elle seulement.

« Cela a déjà commencé, Morla !....j’attends vos commentaires ! ».
Elle se sentie déstabilisée…euh….commentaires sur quoi ?

Phoebus la regarda en fronçant les sourcils…"Morla je viens de vous donner le titre de la leçon du jour ! vous me voyez arriver en retard, j’attends plus de votre perspicacité et de vos déductions. Quand un ennemi sera dans les parages, je doute qu’il sera disposé à faire causette ! Si vous n’êtes pas en situation d’affrontement immédiat, vous vous devez d’enregistrer tous les infimes détails qui peuvent vous être utiles ou pour les zhoms. Enfin premier avertissement ! NE ME TOURNEZ JAMAIS LE DOS !"

« Mais..... je vous…connais »…répliqua Morla

"Morla ! ", reprit-il sur un ton dur, "vous ne méconnaissez pas les pouvoirs de dissimulation, la confiance sera votre plus grande faiblesse ! Reprenons et faites un effort de concentration …"

Piquée au vif, furieuse de la réprimande, blessée aussi, elle se sentait fatiguée, elle manquait de sommeil, décidemment cette leçon semblait plus difficile qu’à première vue…mais elle obtempéra.

« bon, vous ne me semblez pas fatigué à la manière dont vous êtes descendu de cheval, votre cape, votre épée et votre armure sont intactes, donc vous n’avez pas livré de batailles ou alors très mineures auquel cas elle n’aurait suffit à vous retarder… vu que la magie laisse des traces...En revanche, vous avez de l’eau sur votre cape et ambre ne présente pas de signe de soif, vous avez peut être fait une halte pour vous désaltérer au puit le plus proche …soit Tintauraugh. Manque Alcyne…sûrement en vol pour porter quelques missives….puis elle arrêta net sa réflexion menée à voix haute…..à l’attache de la cape elle vit le cordon de cuir qui permettait d’attacher une lettre à la patte du volatile ….où est Alcyne ?"

Phoebus sourit…."voilà la bonne question…"

"Elle a été blessée, elle est juste entre de bonne mains. Je suis satisfait Morla cependant, bien que vous ayez tendance à trop extrapoler. Tenez vous en aux faits. Vous avez trop d’imagination, pourquoi avez-vous déduit que c’était de l’eau ??? Si vous exercez votre attention, ne le faites pas au détriment de la logique et vérifiez vos assertions…"

Morla tourna le dos à son précepteur avec un regard provocateur….
je la trouve tendue aujourd’hui se dit Phoebus. Il la regarda plus attentivement pour tenter de saisir une explication. Il ne trouva rien…..
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 25 Avr 20:13    Sujet du message: Répondre en citant

Les lunes se suivaient sans que Phoebus perçoive les progrès significatifs de son "élève". Elle s'ennuyait.
A l'évidence maintenant elle était prête a mener la quête pour accéder à son métier.
Mais Morla n'avait pas encore de projet bien défini.
Il commença à en prendre pleinement conscience quand elle lui annonça qu'elle hésitait à choisir l'orientation du chevalier. Bien qu'il n'en fit rien paraitre, Phoebus s'avoua qu'il aurait aimé poursuivre l'initiation de sa protégée.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 26 Avr 10:14    Sujet du message: Répondre en citant

C’est alors que Phoebus lui annonça qu’il était temps qu’elle se présente à Maître Cain afin de choisir sa profession. Morla entreprit donc son voyage dans le monde de Yaeth l’esprit confus.

Lorsque le vieux Maître passa à l’énumération des divers métiers possibles, elle avait guetté un signe, une approbation qui ne vient pas. Cain était resté impassible.

Devant l’étendue de ses propositions, elle avait essayé de rester neutre et d’examiner toutes les options avec le même intérêt, en toute objectivité. L’alchimie l’avait séduite, cependant, à l’heure du choix, elle dû admettre qu’elle ressentait une attirance pour la magie qu’elle n’expliquait pas.

Sur le chemin du retour, elle se demanda même si sa décision d’embrasser la carrière de Mago était si désintéressée.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 26 Avr 12:36    Sujet du message: Répondre en citant

Phoebus exulta quand Morla lui annonça qu'elle avait choisi le métier de Mago.

Le chevalier insista pour enseigner l'art de la magie à Morla. Il argumenta de leur complicité, des difficultés qu'elle pourrait rencontrer à changer de précepteur.
L'ingénue mima l' hésitation, l'incertitude du choix, mais finit par accepter ce parrainage.

Les leçons se succédèrent, mettant à l'épreuve la faculté d'adaptation de Morla, et la patience de Phoebus.


Dernière édition par Phoebus le 26 Avr 15:50; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 26 Avr 12:41    Sujet du message: Répondre en citant

« Morla, j’ai trouvé votre copie assez moyenne, je vous laisse lire mes observations et j’apprécierai que vous complétiez du moins oralement les insuffisances que j’ai relevé….hum hum….j’attends ».

Elle était fatiguée et elle n’aimait pas devoir répondre aux questions du chevalier sur ses acquis. Très attentif à ses révisions et à ses progrès (et souvent ses désastres), il se montrait extrêmement exigeant. Sa manière de procéder était assez curieuse, les cours étaient précis, complets, sans place à la fantaisie.

Morla étouffait pour bien des raisons, habituée à apprendre seule, à fonctionner à l’instinct, le caractère académique et le sérieux de son mentor lui pesaient. Mais il n’y avait pas que ça….assez locace en apparence lors de leur rencontre, la barrière de l’enseignement laissait peu de place à la confidence. Les cours s’étaient intensifiés, elle avait donc du mal à le questionner et sentait qu’il avait horreur des questions ouvertes.

Il fallait trouver un moyen de s’affranchir de cet écueil pour mieux le connaître. Toutefois, les quelques informations qu’il lui avait distillé sur les personnalités rencontrées dans sa vie avaient presque convaincu Morla que Phoebus et sa mère ne s’étaient pas rencontrés ou si peu. Elle l’avait peut être désigné simplement comme porteur de message parce qu’elle ressentait en lui la loyauté, le sens du devoir, tout ce dont Morla bénéficiait aujourd’hui.

En réalité, elle souhaitait désormais le connaître davantage non plus pour des raisons exclusivement liées au passé mais simplement parce qu’elle lui vouait une immense admiration.

Quand il lui annonça qu’il passerait aux exercices pratiques…..elle accueilla la nouvelle avec bonheur… « ouf un peu d’animation »….et un éclair malicieux passa dans son regard…
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 26 Avr 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

" Bien Morla, aujourd'hui utilisation du bâton de feu.
Il canalise la puissance et l'énergie du mage. Tu auras moins besoin de cet ustensile à mesure que ta maitrise de la magie grandira ».


Phoebus tendit à Morla son bâton. Un simple bout de bois grossièrement taillé.
Elle le prit l'examina incrédule. Le tourna et le retourna entre ses mains.
"Le pouvoir dans cette vulgaire "branche", est ce possible" pensa t-elle.

Ce jour là, la leçon fut brève. La dextérité du petit scarabée dans le maniement du bâton s'avéra étonnante .. Elle s'appliqua dans sa concentration mais saisit le bâton à l'envers, Phoebus qui se tenait derrière elle, perçu le danger. Pour éviter la chaîne d'éclairs, il n'eut que le temps de se retourner, offrant son postérieur aux flammes...

" Aiîîîîîîeuuuuuuu Hé la petiote ça va pas ??? " Morla confuse se répandit en excuses, et le chevalier s'aperçut que sa remarque avait touché la susceptibilité de son apprentie.


Il ne manqua pas à l'occasion de taquiner Morla en l'interpelant ...

"La petiote, leçon sur l'utilisation des grimoires ... aujourd'hui nous allons voir le parchemin de peau de marbre".

Phoebus commis l'erreur de servir de cobaye. Morla récita la formule, et ... le chevalier porta instinctivement ses mains vers les parties intimes de son anatomie ...

"La petiote, tu es une véritable calamité, peau de marbre, pas potion d'invisibilité de mes vêtements ..."

Morla riait aux éclats de le voir se recroqueviller ainsi pour cacher à sa vue le maximum de choses. Il lui avait tourné le dos quasiment instantanément quand il avait entendu la formule et croisé le regard de la chipie.
Ambre avait charitablement secouru son maître en faisant écran mais Morla eu tout le temps d’admirer les célèbres fesses blanches du chevalier de Midgard.

Les journées se succédaient et la frêle jeunette aux nattes et jambes maigrelettes, se transformait ... Attentive et appliquée elle buvait les paroles du chevalier.
Il s'amusait de ses mimiques, de ses étonnements. Leur complicité grandissait et ils se taquinaient mutuellement.


Dernière édition par Phoebus le 26 Avr 16:12; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 26 Avr 13:12    Sujet du message: Répondre en citant

Ce soir là, dans un état d’extrême concentration, elle avait fermé sa besace contenant toutes les notes et les plans qu’elle avait repris des ouvrages prêtés par Mick le Fou.

Elle pensait savoir où elle devait aller mais une question demeurait...quand ?.

Quelqu’un frappa à sa porte discrètement, elle reconnut le code. Mais, il ne passe jamais à cette heure là... s’étonna-t-elle.

Phoebus passa sa tête à l’entrebâillement de la porte. « Je venais juste vous dire bonsoir, la nuit sera glaciale prenez le soin de vous couvrir ».

Elle lui rendit son salut tout en le trouvant inhabituellement nerveux, agité presque fiévreux.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 26 Avr 14:45    Sujet du message: Répondre en citant

Chapitre III : La trahison

Il n'avait pas eu le courage de lui dire. Elle ne comprendrait pas, mais qui comprendrait ??
Quand il poussa précautionneusement la porte, la douleur envahit ses entrailles. La colère qui l'habitait contrastait avec son calme apparent. Du moins croyait-il avoir dissimulé sa nervosité.

Il bouscula sur son passage quelques reliques décoratives dressées dans les couloirs de Midgard, et dévala bruyamment, à grandes enjambées, les marches du donjon.
Quant il fit irruption aux écuries, Ambre reconnu la démarche de son maître. Ce pas assuré qui signifiait l'approche du combat.

Mais le chevalier partait pour une autre quête. Las de guerroyer, la légende du chevalier blanc lui pesait. Il chiffonna rageusement la missive lui annonçant la disparition de Justosee.
Il avait fait une promesse à son épouse. Elle ne lui aurait pas pardonné de rejoindre les hordes démoniaques. Il n'en avait jamais eu l'intention.
Il voulait perdre le poids des responsabilités, lui qui avait donné le nom à la citée des hommes, et gagné le respect de ses pairs.
Il voulait la paix, être un simple chevalier, ou plutôt un simple guerrier.
Il abandonnait bien plus qu'un titre, il quittait des amis, reniait son passé.
Morla avait inconsciemment retardé son départ et la quitter lui coutait.

Il ne s'était pas confié par crainte d'être retenu. Il lui était impossible de révéler les véritables raisons de sa fuite.
Il annonçait juste :
" qu'il devait aider les centaures. Son peuple était libre, puissant, mais lui ne pouvait se résoudre à rester indifférent à l'extinction de ceux que certains considéraient comme une sous race. Mais pourquoi cette haine, ce mépris... Il respectait même ses pires ennemis, ces créatures hideuses de Pandora"

Cette explication en valait une autre, car il savait qu'il serait jugé comme traître.

Alcyne s'envola porter la nouvelle qui serait publiée alors qu'il aurait quitté les limites de ces contrées ...
Phoebus n'osa imaginer l'annonce de son départ.

Il venait de franchir les portes de Midgard sans se retourner, furtivement comme un manant, un voleur. La morsure du froid lui rappela sa destination ..

Il prit la direction de la forêt.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 26 Avr 19:38    Sujet du message: Répondre en citant

La nouvelle tomba comme une pluie glacée.

La table qui avait été dressée en toute hâte dans le grand hall ne comptait pas moins d’une trentaine d’hommes et de femmes en armure intégrale. Mais tout le monde restait debout et les murmures échangés s’amplifiaient rapidement.

Le diplomate rejoignit l’assemblée et s’exprima d’une voix grave et sonore : « vous connaissez tous la raison de votre venue, un des nôtres, Phoebus, est parti subitement renforcer les rangs de l’ennemi ».

Ces propos provoquèrent de vives réactions ; certains exprimaient sans retenue leur colère, d’autres oscillaient entre protestation et consternation.

« Sileeence !!!!!! rugit le diplomate ceci est un conseil de guerre. Phoebus est parti et ses raisons importent peu…il possède des savoirs tactiques et même si nous sommes aujourd’hui en position de force nous ne pouvons ignorer le sérieux danger que représente la possible divulgation de nos secrets militaires. Cela nous rend vulnérables et c’est pourquoi je mets dès aujourd’hui notre cité en état d’alerte. Je demande à ce qu’une troupe parte immédiatement à sa recherche pour le traquer sans relâche ! J’invite les membres du conseil stratégique à se réunir dès à présent pour nous donner dans les prochaines heures une estimation des risques d’attaques et proposer des ripostes nouvelles. Nous devons également sans tarder réexaminer la situation diplomatique. Quant aux autres, veillez à la mise en place de l’état d’alerte. Je le regrette mes amis mais tenez vous prêts. Ce sera tout ».

En se retirant, le diplomate songea que le pire n’était pas seulement dans l’exploitation de leurs failles en défense ou en attaque car l’armée des zhoms était composée de valeureux combattants entraînés et dont les qualités n’étaient plus à démontrer. Il s’inquiétait surtout de leur état d’esprit, pour beaucoup, celui qui les avaient abandonnés, était un ami de longue date, celui qui semblait le moins enclin à trahir son peuple. Ce n’était pas un paysan qui par faiblesse ou cupidité avait cédé aux propositions fallacieuses des membres d’un autre peuple ou encore quelqu’un avide de gloire rapide…non, il s’agissait d’un chevalier et même d’un des magos les plus redoutés. Le vrai danger était là...dans la perte de confiance....car sans confiance, même la meilleure armée pouvait céder à la panique.

Morla appris le départ du chevalier au même titre que ses autres compagnons et senti la tension meurtrière qui gagnait la forteresse. Devoir obéir aux ordres se releva extrêmement complexe, elle ne ressentait rien, puis elle pensa en allant vers les remparts que cela ne pouvait pas être sérieux et elle se mit à rire.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Phoebus
duc
duc


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 1650
Thème: Xm-Noel (440)
Localisation: Sur les terres d'Oc
écu: 174

MessagePosté le: 26 Avr 22:26    Sujet du message: Répondre en citant

Maintenant, Phoebus devait se soumettre au rite immuable de la trahison.
Il respecta scrupuleusement et non sans appréhension la chronologie du sacrifice.
Le choix se porta sur un de ces mercenaires qui changent de peuple suivant le drapeau hissé sur le mat du donjon des forteresses.
Il n'aurait pu trahir un de ses ami(e)s, un fidèle à la cause des hommes.
Il repéra rapidement sa victime qui rôdait dans les landes.
Se glissant furtivement derrière l'homme il l'étrangla d'un mouvement rapide.
Il fut surpris de la facilité de l'accomplissent de son forfait . Il avait frappé froidement sans éprouver la moindre réticence.
Maintenant, la transformation allait se produire dés qu'il aurait foulé les terres de la forêt.
Il vécu ce "passage" comme une expérience étonnante. Une lueur immense, une sensation indescriptible de dématérialisation, et le réveil.
Il contempla avec curiosité sa nouvelle enveloppe charnelle.

Ambre surpris de la nouvelle apparence de Phoebus, aprés l'avoir craintivement flairé, s'était détourné et enfui au galop.
Seule Alcyne juchée sur la croupe de son maître resta imperturbable, visiblement satisfaite de sa nouvelle assise.

Phoebus se présenta alors devant son nouveau peuple. Il fut étonné de la simplicité de l'accueil. Et même quand il annonça son simple passage à la forêt, ses nouveaux compagnons ne témoignèrent aucune suspicion, aucune hostilité. Il crut néanmoins utile de leur signifier sa loyauté et son attachement aux hommes, mais son dévouement pour le peuple qui l'accueillait. Aucun renseignement ne serait divulgué, et il fut reconnaissant qu'aucune question ne lui fut posée.

Il s'intégra discrètement etl découvrit un peuple fier et généreux, moins bruyant, moins chahuteur que celui des hommes.
Il profita de son temps libre pour envoyer des missives à Morla. Il guettait impatient le retour de son messager, mais Alcyne revenait toujours bredouille, le petit scarabée ne daignait pas répondre.
Il se décida à lui adresser un dernier courrier :

" Morla,
Peut être qu'un jour vous me pardonnerez mon geste. Le traitre que je suis ne demande ni compassion, ni régime de faveur.
Je garderai toujours une profonde affection pour le petit scarabée. Il me sera impossible de lui faire du mal.
Mais je comprends sa colère et celle de mes anciens compagnons d'arme.
Je ne sais pas encore combien de temps je vais parcourir ces terres.. De guerre je suis las .... Je suis conscient que ma misérable carcasse ne changera rien au sort de mon nouveau peuple ... mais peut être que ce passage à la forêt me rendra mon humilité ...
Même si Morla a du mal a m'entendre qu'elle sache que je reste son parrain ...
Adieu "
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MORLA
portier
portier


Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 21
Thème: xm-jdr (984)
Localisation: dans l'azur
écu: 0

MessagePosté le: 27 Avr 20:39    Sujet du message: Répondre en citant

Plusieurs jours s’étaient écoulés mais les manœuvres de repli n’avaient commencées que depuis la veille, des exercices renouvelés sans relâche, l’entraînement plus offensif ayant été privilégié suite au départ précipité de Phoebus. Un peu plus loin, les archers s’acharnaient sur leurs mannequins cibles mais aucune menace ne s’était portée au devant de la citadelle.

Morla se demandait ce qui avait encore un sens si la loyauté et l’amitié n’en avaient plus. Les missives qu’elle avait reçues avaient simplement confirmé la réalité du départ du chevalier. Elle trouvait très hypocrite qu’il se considère encore comme son parrain et qu’il prétende lui vouer une certaine affection. Le fait qu’il nuance dans ses écrits personnels l’explication qu’il avait donné aux zhoms pour justifier son geste nourrissait avec force sa rancune envers son ancien mentor. L’attitude protectrice de Cadfael à son égard et l’aide que cette grande Dame lui proposa pour qu’elle poursuive sa formation avait paradoxalement renforcé son sentiment d’abandon.

Mais cette nuit là fut différente. Des guerriers démoniaques venaient de déferler sur le terrain vague devant la forteresse et prenaient position. Très vite l’assaut commença. A chaque charge, ils furent repoussés, la ligne de défense déjà en place tenait bon. Tandis que d’autres bataillons s’organisaient pour la relève, Morla était en première ligne avec Partek un guerrier sympathique quoiqu’un peu bourru mais qui avait un peu plus d’expérience qu’elle. Pendant qu’il bandait son arc et tirait, un des démons avait réussi une percée dans la muraille et dirigeait sa rage sanguinaire vers Morla qui venait au même moment de mettre un genou à terre partiellement touchée par l’impact d’une boule de feu.

Partek cria afin de l’avertir et instinctivement s’élança afin de s’interposer entre elle et la créature. La dague de l’adversaire plantée dans le défaut de sa cuirasse et le quart de tour qu’elle fit à l’intérieur signa son arrêt de mort mais il trouva encore la force de planter la flèche qu’il avait encore à la main dans la carotide de son ennemi avant de s’écrouler.

Morla lança sa boule de feu la plus puissante que ses pouvoirs naissants pouvaient lui permettre et l’acheva net…mais pour Partek c’était déjà trop tard. En voyant son compagnon d’armes se vider de son sang avec des soubresauts violents elle ne réussi pas à se retenir de hurler.

Aussitôt, sur ordre de Hans qui commandait la défense du mur Est, les acolytes de Gnompom et de Xif jusque là restés en retrait, la forcèrent ainsi que quelques autres à se retirer du combat pour recevoir les premiers soins.

Elle perdit connaissance. La bataille s’était prolongée tard dans la nuit, mais Midgard n’était pas tombée.


Dernière édition par MORLA le 29 Avr 8:47; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com