forumxm.com Index du Forum forumxm.com
Xm-forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Terminé]Chroniques d'un vieux Béo
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 18 Avr 12:17    Sujet du message: [Terminé]Chroniques d'un vieux Béo Répondre en citant

1- Les grand bouleversements

Je m’appelle Elrond et je suis né Humain. Comme beaucoup de membres de ma race, j’ai ressenti l’appel de Thor en des temps troublés. Les Démons déferlaient à travers le monde en semant la destruction derrière eux. J’ai donc pris les armes et fait vœu de mettre toute mon énergie à ramener la paix. Que cela signifie repousser les Démons jusque dans leurs enfers ou les éliminer jusqu’au dernier !

Pendant longtemps je me suis battu contre les Démons, pour la gloire des Hommes et de Thor. La lutte paraissait sans fin, la situation n’évoluait guère. L’une ou l’autre des deux forces repoussait parfois l’autre, mais jamais l’équilibre n’était totalement rompu, et ceux qui avaient faibli sous les efforts de leur adversaires revenaient toujours plus forts pour reprendre la lutte.

Il semblait parfois que jamais aucun des deux camps ne pourrait prendre le dessus. Cette lutte était fatigante. Comme chacun, j’étais tenté parfois de déposer les armes et d’attendre le repos éternel. Mais tout valait mieux que de laisser les Démons prendre possession du monde. Alors d’une énergie toujours renouvelée, je récitais à nouveau mon vœu de repousser les Démons jusqu’à ce que la paix revienne sur le monde, je me renforçais de ma foi en Thor, et je repartais au combat toujours plus fort.

Ma foi a été ébranlée pour la première fois lorsqu'une nouvelle menace est apparue. Une horde de loups a déferlé sur notre monde. Personne ne savait d'où ils venaient ou quelle puissance ils pouvaient servir. Mais cela a tout changer. Des amis sont devenus des ennemis. Des ennemis sont devenus des amis. Les loyautés commençaient à changer.

J'ai médité et prié pendant longtemps. Mais jamais Thor ne m'a donné de réponse. J'ai essayé d'approcher ces loups pour en savoir plus. Mais cela n'a fait qu'accroître mes doutes. J'ai donc décidé d'essayer d'ignorer ces créatures et de me concentrer sur mon ancienne lutte. Il était difficile de savoir où me situer quand des Humains et des Démons commençaient à faire cause commune, se retournant souvent contre les membres de leur propre race. Pourtant j'ai continué à accorder ma confiance à Thor, et à porter son étendard dans la lutte contre les Démons.

Ma foi a de nouveau vacillé alors que j'errais dans les plaines, à la vue de créatures nouvelles. Ces êtres à l'apparence frustre et au langage étrange semblaient perdus. Et malgré leur apparence il était évident qu’ils n’étaient pas des Démons. J'ai donc décidé de les accompagner un moment et de découvrir qui ils étaient. A ma grande surprise, j’ai facilement réussi à comprendre leur langage. Cela me venait très naturellement. J’ai appris qu’ils se nommaient Béonides. Ils ne savaient pas où ils étaient, ce qu’ils faisaient là, et avaient faim.

Nous sommes donc partis chasser dans les plaines. Alors que nous étions sur les traces de ce qui semblait un troupeau de chevaux, nous avons alors croisé un groupe d'Humains qui, malgré ma présence, s'est jeté sur ces créatures sans même chercher à savoir qui ils étaient. Le combat fut rapide, la compagnie d’Humain totalement annihilée par les Béonides.

J'ai alors compris que l'esprit Humain était corrompu. Que l'idéal que je cherchais ne pourrait pas naître d'un peuple aussi prompt au massacre ! L'incertitude de ces temps troublés, la sauvagerie de certains Humains semblable à celle des Démons, et toujours l'absence de réponse de Thor ont finit d’ébranler ma foi. Les promesses que j’avais cru entendre de Thor étaient vaines. L’honneur Humain se trouvait maintenant dans la guerre et plus dans la paix. J'ai donc décidé de continuer d'accompagner ces nouvelles créatures, les Béonides, pour trouver leur place dans ce monde. Et pour trouver la mienne !

A suivre ...

[hrp]Certains faits ne seront peut-être pas exacts, mais il retracent quand même l'évolution telle que je l'ai perçue et m'en souviens ...

Si possible éviter le commentaires ici.[/hrp]
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 28 Aoû 13:59; édité 4 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 21 Avr 13:44    Sujet du message: Répondre en citant

2- Les premiers temps

Les débuts furent difficiles. Les Béonides étaient peu nombreux. Bien que vaillants au combat, ils avaient à faire face à de nombreux ennemis. Les Hommes craignaient ce nouveau peuple, le pensant apparenté aux Démons. Les Démons eux-mêmes se satisfaisaient de massacrer encore et toujours plus. Et une autre menace aussi se profilait, l’apparition des Centaures. Une autre race et un adversaire de plus.

Heureusement, certains grands combattants, lassés des errances des leurs, décidèrent également de se joindre aux Béonides. Tristan et Grimmlink, deux noms appartenant maintenant au passé glorieux, furent les premiers à me rejoindre.


Moi
-même je me mis rapidement à changer, et à ressembler à ces créatures. Apprendre leur langage me fut très facile. Mon âme connaissait sa place, et mon corps lui a obéi. Je devins l’un d’entre eux. Totalement !

Les premiers combats furent riches en enseignement. Le courage était la première qualité des Béonides, qui jamais ne reculaient devant un combat. Cela nous jouait parfois des tours. Face à des ennemis très puissants, les défaites furent plus nombreuses que les succès. La gloire tardait à venir. Mais jamais le courage ne faisait défaut, jamais nos bras ne faiblissaient.

Mais cela nous permit de mieux connaîtres nos qualités. Nous aimions le combat pour lui même, pas pour la destruction, et même pas nécessairement pour la victoire. Nous avions un goût très prononcé pour la liberté et les grands espaces. L’instinct de chasse était très présent parmi nous. Ce n'est pas une surprise que les premiers à nous joindre furent donc les plus grands chasseurs. Notre appétit était insatiable.

Peu à peu notre race s’installa dans les montagnes, créa un conseil pour parler et prendre les décisions. Tout le monde y était bienvenu, même les plus jeunes. Pour célébrer nos exploits, nous commençâmes à organiser des "barbeuks" géants, véritables orgies alimentaires où de nouvelles recettes étaient sans cesse découvertes. La convivialité était de mise. Les Béonides étaient un peuple joyeux et bon vivant.


Nos
proies favorites devinrent vite les Centaures, qui, s’ils étaient de redoutables adversaires, n’en étaient pas moins succulents. En fait, plus l'adversaire était fort, plus il était honoré lors de nos repas monumentaux.

Maintenant que nous commencions à nous organiser, il était également temps de commencer à organiser notre place dans le monde. Nous parvinrent facilement à forger une alliance avec les Démons. Cela m’était pénible de combattre les Humains, mais les Démons nous avaient beaucoup plus facilement acceptés. Ils étaient en position de faiblesse par rapport à leur ennemi ancestral, et n’étaient pas contre quelques renforts pour faire de nouveau pencher la balance dans leur sens. De plus ils n’étaient pas impressionnés par notre apparence étrange. Cela nous permit de commencer à affirmer notre existence. J’essayais de combattre les Humains aussi peu que possible, concentrant mes efforts sur la chasse aux Centaures. Cela me valut même un titre honorifique attribué par Demambrator , le plus sauvage d’entre nous : LE GRAND HACHOIR MAKABRE SENTORIEN. Je porte toujours ce titre en souvenir de ces temps passés.

Les combats furent nombreux, et les terrains de chasse dont nous disposions regorgeaient de Centaures succulents. Les festins se succédaient, et notre alliance prit l’ascendant sur nos adversaires. Pourtant la situation était peu satisfaisante, car rapidement des voix s’élevèrent parmi les Démons pour commencer à se moquer de notre peuple, à nous considérer comme une sous-race tout juste bonne à être exploitée. La tension monta et l’alliance fut rompue. Nous ne pouvions pas accepter d’être regardés comme des inférieurs.

La liberté, autant individuelle que collective avait trop d'importance. Beaucoup de gens ont cherché à rejoindre notre race et l'ont quittée, faute de comprendre ce besoin de liberté incessant. N'importe quelle structure, n'importe quelle obligation nous pesait de façon mortelle si elle durait trop longtemps.


Nous
reprîmes donc notre indépendance pendant quelques temps. La situation avait alors bien changé. Grâce à notre aide, les Démons avaient de nouveau affirmé leur domination. Les Centaures, beaucoup plus organisés que nous, avaient aussi grandi de façon impressionnante et possédaient également une position de force. Cela nous convenait, car nous trouvions alors de très nombreuses proies, que nous devions souvent abattre après de rudes combats, pas toujours couronnés de succès. Mais c’est la difficulté d’une tâche qui permet d’en mesurer la valeur.

L’âme des Béonides continuait de se forger dans la difficulté et l’adversité. Elle continuait de s’épanouir dans les fêtes et les orgies dont nous seuls avions le secret.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 24 Juil 12:38; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 27 Avr 15:35    Sujet du message: Répondre en citant

3- La grande alliance

Encore une fois nous décidâmes de révéler notre valeur en aidant à faire pencher la balance. Une alliance fut conclue avec les Humains. Ceux-ci avaient pu constater notre puissance lorsque nous avions combattu aux côtés des Démons. Mais ils avaient aussi appris à reconnaître que nous ne faisions pas partie de ces êtres malfaisants dont le principal plaisir est de torturer et de semer la destruction.

Le temps de nous organiser et de nouveau cette alliance fut un succès retentissant. Nous chassâmes les Démons et les Centaures hors de leurs forteresses au prix d’âpres combats. Les raux les plus renommés prirent part aux batailles. La victoire fut totale. Les étendards Humains et Béonides flottaient partout sur le monde. Notre domination resta indisputée pendant longtemps. De nouveaux combattants nous rejoignaient et notre peuple commença à prospérer.

Suivit une ère de tranquillité. Les Démons semblaient trop abasourdis par leur soudaine défaite pour regrouper leurs forces et repartir à l’assaut. Ils se contentèrent d’errer comme les âmes en peine qu’ils étaient. De petites hordes continuaient d’écumer le monde, mais elles étaient faibles et peu dangereuses. Leurs généraux se retrouvaient sans armées dignes de ce nom et avaient besoin de temps pour panser leurs blessures et se réorganiser.

Les Centaures avaient également ressenti très durement cette défaite. Leurs rangs s’étaient clairsemés, et leurs troupeaux étaient dispersés. Dans cette adversité ils étaient toujours de rudes combattants, et les Béonides continuaient donc de prendre un plaisir tout particulier à leur faire la chasse, toujours plus loin, jusque dans les régions les plus reculées des terres neutres.

Mais le temps passant, le conseil de la Montagne constata les effets pervers du confort et de la richesse. Les guerriers Béonides commençaient à devenir paresseux. L’alliance avec les Humains commença à vaciller lorsqu’une action éclair permit aux Centaures de reprendre une forteresse. Il était temps que les choses changent. La liberté et l'indépendance nous étaient nécessaires. Dans les murs nous étions enfermés, comme en prison. Nous avions une obligation de défense de notre propriété commune avec les humains.

Fidèle à notre tempérament fait de courage et de goût pour les actions d’éclats, nous repartîmes au combat rompre les murailles de la forteresse Centaure en soutien des armées humaines. Nous offrîmes celle-ci aux Humains, et au milieu des ruines, reprîmes notre indépendance, laissant une fois de plus nos alliés en position de force.


Nous
célébrâmes ces actes de bravoure par les plus grand Barbeuks jamais réalisés. Nous étions de nouveau nous-mêmes.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 24 Juil 12:49; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 05 Mai 15:27    Sujet du message: Répondre en citant

4- La guerre totale


Nous
avions montré nos capacités, celle d’un petit peuple à réaliser de grands exploits. Nous avions testé la vie de château et ses effets pervers. Il était temps maintenant de prendre notre indépendance et de vivre des vies simples, dans le plaisir des combats et de nos fameux Barbeuks !

Une longue période suivit donc notre alliance avec les Hommes. Pendant cette période, nos bandes de chasseurs erraient à travers les différents mondes, combattants nos ennemis, affrontant nos anciens amis dans des luttes épiques, chassant toujours plus de proies pour remplir nos panses après de longues journées d’efforts.

Cette période d’insouciance fut quelque peu ternie quand nos précédents alliés, de peur de perdre leur domination, s’allièrent avec les Centaures. La domination par cette nouvelle alliance remplaça donc celle que nous avions mise en place.

Les Démons tardaient toujours à réunir leurs forces. Dans ce peuple égoïste où la rivalité était beaucoup plus importante que l’unité, les dissensions empêchaient leurs armées de se reformer. S’ils restaient de puissants combattants individuellement, leurs hordes restaient inefficaces à rompre l’étau des alliances forgées par les Hommes. De vagues contacts furent établis entre nous et les Démons, mais ceux-ci continuaient de nous considérer comme des inférieurs et n’avaient toujours pas compris les subtilités de la négociation diplomatique. Ils restèrent seuls et faibles.


Nous-mêmes
, malgré la faiblesse de notre position, étions relativement satisfaits. Nous avions prouvé notre valeur. Nous avions montré notre altruisme et notre honnêteté dans nos relations avec nos alliés. Nous nous contentions alors très bien de notre situation. Nos raids suffisaient à alimenter nos estomacs. Notre peuple grandissait lentement, mais dans l’unité d‘un véritable gouvernement du peuple. Cela était beaucoup plus important que la possession matérielle ou la domination des autres races.

Hélas, le mental des Centaures n’était peut-être pas aussi pur que le nôtre. Ils cédèrent rapidement et facilement à la tentation du confort et des richesses. Installés dans leur forteresse, ayant peu à faire pour la défendre, ayant de grands territoires pour s’alimenter, ils s’en contentèrent. Ils perdirent contact avec la nature, avec leurs racines. Ils se ramollirent et cherchèrent de plus en plus le confort de leur forteresse. Ils laissaient à leurs mercenaires la tâche de réaliser l’essentiel des défenses. Ils se faisaient de plus en plus rares à l’extérieur, et ceux que nous trouvions, bien que gras, étaient bien moins goûteux qu’ils ne l’étaient quand ils portaient hauts leurs armes et battaient la campagne.

Cela nous causa beaucoup de mal, notre nourriture principale se faisant plus rare et de moins bonne qualité. De nouvelles recettes firent leur apparition, utilisant des ingrédients plus variés pour tenter de redonner du goût à nos Barbeuks. Ressentant tout de même une certaine affinité envers les Centaures qui étaient apparus sur ce monde en même temps que nous, nous tentions régulièrement de réveiller leur fierté et de les ramener vers leurs racines. Rien n’y fit. Ils s’installèrent dans une organisation soi-disant civilisée, que la moitié d’entre eux ne comprenait pas. Seules leurs recrues extérieures à leur race restaient combatives, en particulier une petite troupe de nains.

Cela finit par nuire à notre race autant qu’à la leur. La piètre qualité de nos provisions, ce qui ressemblait à certain un manque d’ambition, fit perdrent à certains d’entre nous leur foi en nos valeurs. Alors que les plus vieux d’entre nous célébraient ce retour à nos valeur et à nos racines, ils n’y virent que décadence et faiblesse. Notre peuple fut affaibli par de nombreux départs. Mais son âme n’en fut que renforcée quand seuls les vrais Béonides luttèrent contre les difficultés.


Nous
savions ce que nous valions vraiment. A aucun moment je n’ai douté de la force des Béonides. Notre peuple était le plus soudé de tous, et les conflits n’émergeaient que parmi quelques recrues déçues de ce qu’elles avaient trouvé. Ceux qui formaient l’âme Béonide toujours sont restés unis, et les désaccords aussitôt mis à jour étaient résolus lors d’un grand Barbeuk.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 24 Juil 12:57; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 09 Mai 14:31    Sujet du message: 5- La déchéance des Hommes Répondre en citant

5- La déchéance des Hommes

Après une période de domination peut-être trop longue et trop facile, les Humains finirent par rompre leur alliance avec les Centaures. Sans doute pensaient-ils pouvoir garder seuls ce qu’ils avaient conquis en commun. Mal leur en prit.

Les Centaures, habitués au confort et ayant peur de tout perdrent offrirent aux Démons de les abriter. L’organisation des Centaures était ce qui manquait aux Démons. Ayant maintenant un lieu pour se regrouper, un point d’appui permanent, les hordes se reconstituèrent et se préparèrent. Les armées démoniaques étaient de nouveau prêtes à déferler sur le monde.

Cette alliance prit les Humains par surprise. Alors que la lassitude d’une trop longue domination pesait sur leur esprit, ils inventaient des jeux vains pour passer le temps. Ils oubliaient la force passée de leurs adversaires. Ils oubliaient souvent leurs propres valeurs. Ils pensaient peut-être avoir enfin atteint leur objectif d’avoir chassé les Démons à tout jamais.

Après avoir réuni une armée dont la puissance dépassait tout ce que les Humains avaient pu imaginer, les Démons quittèrent la forteresse Centaure pour aller abattre de leur élan les murs de la forteresse Humaine. Celle-ci était piètrement défendue par des guerriers qui n’étaient pas préparés à subir un tel assaut. La bataille fut brutale, rapide et les Humains délogés presque sans difficulté.

Les lambeaux de leur armée fuirent loin. Ils n’avaient plus confiance dans leurs généraux qui les avaient laissé subir un tel affront. Les dissensions internes que les Hommes connurent à ce moment-là valaient largement celles qui avaient tant affaibli les Démons. Cette fois-ci, ce fut au tour des Hommes d’errer vainement sans parvenir à rallier leurs troupes.

Les Béonides regardaient toutes ces dissensions sereinement. Nous avions atteint une certaine stabilité. Nos rangs étaient exclusivement composés de guerriers valeureux et courageux. Les indignes nous avaient quitté. Les temps n’étaient pas faciles et nous avions parfois du mal à remplir nos panses. Mais ceux qui restaient ne faiblissaient pas. Notre foi en nous-mêmes et notre ambiance conviviale étaient toujours présentes. Nous étions heureux et fiers de notre vie.

Cette lutte contre l'adversité a forgé les plus grands esprits Béonides. Nos guerriers continuaient à abattre de nombreux adversaires, nos mages réunissaient toujours plus de puissance, malgré les difficultés d'approvisionnement en mana, nos chasseurs dénichaient les proies dans les endroits les plus reculés et gardaient notre monde contre une invasion de loups. Tous participaient au bien être de notre peuple.

Nous étions toujours à cette époque plus proches des Humains que des autres races. Nos derniers alliés continuaient pour la plupart à nous traiter avec respect et amitié. Et si nos épées se croisaient parfois, les duels étaient réalisés dans l’honneur, et la bravoure des combattants n’était jamais remise en cause.

Une chose différait malgré tout dans la situation des Humains, comparé à ce que les Démons avaient subi. Les Humains étaient un peuple où la solidarité et la fraternité n'étaient pas de vains mots. Ils parvinrent donc finalement à reconstituer des armées organisées.

Ils paraissaient d’autant mieux partis pour rependre leur position que les Centaures et les Démons avaient rompu leur alliance. Les Démons avaient une fois de plus prouvé leur mépris pour les autres races et les Centaures avaient fini par rassembler le peu qui restait de leur honneur pour s’écarter de ces alliés encombrants.

Cependant, tous les Humains n'avaient pas le même honneur, et cela causa l'échec de leur première attaque. Une trahison avait permis aux défenseurs Démons d’être prêts à recevoir les armées Humaines. Cette attaque fut une grande boucherie et une défaite retentissante.

_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 16 Mai 15:31; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 16 Mai 15:29    Sujet du message: Répondre en citant

6- Mon mandat diplomatique

C’est à ce moment là que je pris pour la première et seule fois les commandes de la diplomatie Béonide. Peut-être les Humains avaient-ils besoin de soutien. Je décidais donc de tenter une approche diplomatique pour former une alliance temporaire, et prouver que le noyau restant des Béonides était toujours aussi valeureux et capable de participer à de grandes actions. Néanmoins, il s’agissait de ne pas se trouver à la botte des Humains, aussi avions-nous des conditions fermes, et l’intention de rompre notre alliance une fois notre objectif atteint.

Hélas, des troubles étaient nés après le dernier échec Humain. Deux factions opposées s’étaient formées. La première était proche des Béonides et avait envie de renouer une alliance avec nous de façon à leur permettre d’avoir un support efficace pour leurs actions. Ses partisans connaissaient notre valeur, et voulaient emprunter le chemin difficile consistant à regrouper leurs forces pour aller ensemble à l’assaut de la forteresse Démone qui se trouvait sur les terres Humaines, et reprendre possession de leur monde.

L’autre groupe était plus favorable aux Centaures. Ils cherchaient le confort d’une forteresse et d’un allié déjà en position de force. Ils cherchaient la facilité d’un abri pour reconstituer leurs forces, calquant finalement leur stratégie sur celle que les Démons avaient utilisée avec succès.

De ces temps troublés sortit un diplomate Humain inconnu, pantin sans aucune compétence et aucune volonté. Jamais je ne pus nouer de lien ferme avec lui. Et les conflits qui grondaient dans les rangs Humains ne lui donnaient pas le support qui lui aurait nécessaire pour faire des choix. Il ne savait pas s’il devait d’orienter vers les Béonides ou les Centaures. Mes contacts avec lui furent un échec. Le ridicule de la situation des Humains était alors à son apogée.

Je profitais aussi de cette occasion pour rencontrer le diplomate Centaure. Après tout, quoi de mieux qu’envisager une alliance avec eux pour tenter de remuer un peu la situation générale, faire comprendre aux Humains que l’indécision et la facilité ne mèneraient nulle part, faire comprendre aux Démons que les soi-disant sous-races étaient capables d’une puissance pouvant tout ravager.

Néanmoins, si le diplomate Centaure et son peuple semblaient plutôt favorables à une telle idée, mon peuple n’était pas prêt pour une telle alliance. Nous étions sortis affaiblis des temps récents, et notre principale force résidait dans le respect absolu de nos valeurs, et dans la continuité de notre approvisionnement alimentaire, composé principalement de Centaures. Même si une certaine variété était de mise dans ces temps de guerre totale, aucune nourriture n’est aussi consistante et savoureuse que la chaire de nos ennemis préférés. De plus, ayant déjà une position forte, ils n'avaient pas grand chose d'intéressant à nous offrir. Il n'y avait pas de grands exploits à accomplir, et il était hors de question de vivre sous l'influence d'une autre race. Ainsi donc, je nouais un contact amical avec quelques Centaures, mais je continuais pourtant de les considérer comme mes proies préférées.

Je testais également un contact avec les Démons, mais ceux-ci, se complaisant dans leur forteresse, n’avaient aucune intention de quitter leur attitude méprisante à notre égard.

Quand vint le temps de quitter mon mandat, les liens avec le groupe Humain étaient de plus en plus favorables. Nous étions en train de créer une dynamique guerrière, nos forces se regroupaient. Nous forcions les Humains à réfléchir sur leurs propres valeurs, et à mettre celles-ci avant leurs dissensions internes. Sans doute le mandat diplomatique suivant aboutirait à de grandes actions.

_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 23 Mai 16:54    Sujet du message: Répondre en citant

7- Le retour des anciens temps

Nous écoutant, les Humains commencèrent à regrouper efficacement leurs forces et enfin à songer de nouveau à préparer des actions collectives de grande échelle, en particulier sous l’influence du Clan. Certains scandales avaient affaibli le camp favorable à une alliance avec les Centaures, et nous avions également poussé les Humains à déconsidérer un tel support.

Avant que nous ne puissions sceller une alliance, les Humains firent une tentative d’attaque contre la forteresse Centaure. L’attaque fut un succès. Les Humains n’avaient donc pas besoin d’une alliance avec nous, et nous-même n’avions plus rien à gagner dans une telle alliance. Le projet fut donc abandonné.

Après une longue période où les bouleversements avaient changé le monde, l’équilibre ancien semblait de retour. Les Humains et les Démons se tenaient en échec, chacun se protégeant derrière ses remparts. Ils restaient campés chez eux, menant une guerre de tranchées sans qu’aucune des deux parties ne parvienne à dominer. Les attaque d’importance étaient rares et infructueuses. Tout au plus de régulières escarmouches permettaient à chaque camp de rappeler son existence à son adversaire principal.

Une seule épine restait dans le pied des Humains : ils n’avaient réussi qu’à s’emparer du monde Démoniaque et devaient laisser leurs terres d’origine entre les mains des Démons. Ceux-ci n’ayant pas une telle fierté se contentaient très bien de ce qu’ils avaient, tant qu’ils pouvaient en profiter pour massacrer et se livrer à toutes sortes d’exactions. Au contraire, le fait de pouvoir le faire sur le monde d’origine des Humains, où tant d’âmes nouvelles à tourmenter étaient disponibles, était sûrement bien plus à leur goût. Les cris qui parvenaient à nos oreilles quand nous parcourions ce monde pouvaient être terribles.

Les Béonides et les Centaures erraient de nouveau à travers les étendues sauvages. Nous étions à ce moment là impuissants à faire pencher la balance dans un sens ou dans un autre.

Au final, cela convenait plutôt bien aux Béonides. Nous étions toujours confiants dans notre valeur et n'éprouvions pas le besoin de la prouver une fois de plus. Notre âme était toujours aussi pure. Les proies étaient plus faciles à trouver, maintenant que les Centaures ne pouvaient plus chercher refuge derrière leurs murs. Ils nous offraient à nouveau des combats dignes et intéressants.

Pendant un certain temps donc, notre vie fut un peu plus facile et agréable. Et cela sans sacrifier ce que nous étions. Nous restions de grands chasseurs, nous restions de grands guerriers et de grands mages. Notre désorganisation et notre insouciance ne faisaient peut-être pas de nous un grand peuple, au moins aux yeux des autres, mais cela nous satisfaisait car la joie était dans nos coeurs.

_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 30 Mai 17:40    Sujet du message: Répondre en citant

8- La crise de croissance

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, cette période fut une grande période de croissance pour notre peuple. Notre pureté d’âme, la conservation de nos valeurs faisait de nous un peuple exceptionnel, différent des autres.

Les jeunes se firent donc nombreux à intégrer nos rangs. Ils se pliaient assez facilement aux valeurs des anciens, tout en amenant une nouvelle dynamique, l’envie de réaliser de nouvelles actions d’éclats dont ils seraient les protagonistes.

Pour la première fois, notre peuple semblait véritablement s’organiser. Des actions collectives commencèrent à se multiplier. Les jeunes appelaient de nouveaux jeunes pour grossir nos rangs. Cette croissance fut probablement trop rapide.

La plupart des anciens étaient de moins en moins disponibles. Il nous fallait sans doute plus de temps atteindre les territoires de chasse et en revenir. Notre présence était donc plus rare, nos voix se perdaient dans le flot de voix nouvelles et dynamiques. Nous arrivions tout juste à perpétuer dans les esprits des derniers arrivants une notion de ce qu’étaient les valeurs Béonides.

L’inexpérience de nos jeunes rendait la plupart des actions collectives stériles. Néanmoins, l’esprit Béonide était encore suffisamment présent pour que l’échec ne soit considéré que comme secondaire, le plus important étant de tester notre valeur, d’aspirer à des exploits. Ces actions leur permettaient aussi de progresser rapidement.

Puis arriva l’un des grands drames de notre peuple. Tristan, l’un des principaux piliers de la montagne, garant de la conservation de nos valeurs, avait finalement atteint un stade de lassitude avancée après de trop nombreuses années de combat. La fatigue pesait de plus en plus sur son esprit, et il finit par décider d’abandonner ce monde pour aller à la rencontre de notre dieu, où ses hauts faits seraient célébrés pour toujours.

Pendant ce temps, nos relations avec les autres peuples ne changeaient guères. Bien qu’ayant maintenant des relations plus cordiales avec les Centaures, ils restaient les proies préférées de la plupart d’entre nous. Néanmoins les jeunes se concentraient souvent sur d’autres proies, celles qui possédaient les forteresses. Ces attaques continuaient de forger leur esprit combattant. Mais en même temps, le besoin de collectivité de telles actions affaiblissait l’esprit d’indépendance de certains d’entre eux.

Les chasseurs solitaires se faisaient de plus en plus rares, et ils étaient de plus en plus solitaires.

_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 16 Juin 15:20    Sujet du message: Répondre en citant

9- L’alliance improbable
C’est à cette période que je quittais la montagne pour partir en quête dans un monde étrange. Je faisais partie d’une petit équipe multiraciale comprenant des Béonides, des Centaures et un Démon. Nous affrontâmes de nombreux dangers. La quête fut longue, parsemée de longues errances et d’épreuves parfois difficiles.

Petit à petit l’ennui commença à s’installer. Cela faisait longtemps que j’avais perdu contact avec la Montagne et je ne savais pas vraiment ce qui s’y passait. Et quand notre quête se terminait enfin, je restais perdu pendant longtemps loin de notre monde, ne sachant pas si j’avais vraiment envie de venir retrouver les combats éternels qui le caractérisaient. Je faillis à ce moment suivre le même chemin que Tristan.

Finalement je pris le chemin du retour. A ma grande surprise, tout avait changé. Les jeunes étaient toujours plus nombreux, et les rares anciens qui restaient ne faisaient plus guère entendre leur voix. Plus aucun ne servait de garant des valeurs Béonides. Pire, l’ancienne Montagne était déserte. Notre peuple habitait maintenant une nouvelle Montagne sur laquelle tous les symboles de notre peuple avaient disparu. Pire encore, certains d’entre nous étaient devenus dresseurs, privant ainsi les loups de leur liberté.

Dernier fait surprenant, notre peuple était maintenant allié aux Centaures. Au moment où j’arrivais sur la nouvelle Montagne, une grande attaque était en train de s’organiser, conjointement avec les Centaures, pour attaquer la forteresse Démone. Ceux-ci occupaient de nouveau les Terres Infernales alors que les Humains avaient finalement repris possession de leurs propres terres.

Je commençais à essayer d’élever ma voix pour savoir où en était le respect des anciennes valeurs. Personne n’écouta. Je ne sentis que très peu de soutien de la part des plus anciens, et aucun de la part des jeunes. Certains étaient même presque menaçants, se demandant qui je pouvais bien être, moi, l'un des premiers !

Je laissais l’attaque se dérouler. Nos jeunes avaient toujours besoin de prouver leur valeur. Cette fois, ce fut avec succès et, conjointement avec les Centaures, les remparts de la forteresse Démone furent abattus et leurs hordes chassées. Les Centaures prirent possession de la forteresse et, conformément à nos accords, nous laissèrent librement profiter du monde dont nous venions de nous emparer conjointement.

Maintenant que notre bravoure avait été prouvée à nouveau et qu’encore une fois nous avions largement participé à la modification de la balance des pouvoirs, je commençais sérieusement à chercher à nous faire reprendre notre liberté. En cela je rencontrais de nombreuses résistances. Les jeunes ne connaissaient pas les effets dangereux du confort. Eux dont l’âme n’avait pas connu les débuts difficiles de notre peuple, les différentes épreuves que nous avions traversées, qui avaient toujours connu le soutien des plus forts, semblaient prendre plaisir dans la possession de biens matériels et dans la facilité de grands territoires de chasse.

A ce moment je connus pour la première fois une grande période de doutes concernant notre peuple. Peut-être aurais-je dû rester dans ce monde étranger ou même rejoindre notre dieu et abandonner tout monde matériel. Rien n’était à l’abri de la corruption, et même les Béonides semblaient avoir finalement succombé à la facilité. Le résultat était devenu pour beaucoup d’entre nous plus important que la valeur. La gloire n’était plus dans la difficulté et la pureté du combat, ni dans la liberté et l’indépendance. La gloire à leurs yeux se trouvait dans la possession et la collectivité. Ils allaient jusqu’à dire que nous partagions les valeurs des Centaures. En cela ils n’avaient pas tord. Les valeurs qu’ils mettaient en avant étaient bien celles des Centaures. Mais cela se faisait au dépends de nos propres valeurs, de notre propre exception.

Notre peuple avait perdu sa voie, sa distinction, son âme.

_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 20 Juin 14:44    Sujet du message: Répondre en citant

10- Le retour aux valeurs

Cette période de crise eut pour résultat le départ de plusieurs d’entre nous. Départ de ceux qui croyaient en la persistance des valeurs. Pour la plupart c’était des anciens. Les autres anciens restaient pour la plupart silencieux, isolés.

Ma voix restait perdue dans la cacophonie ambiante, mais je persistais à essayer d’expliquer nos valeurs malgrés une certaine opposition. Je tentais de restaurer certains symboles du passé. Je n’étais pas contre l’alliance avec les Centaures, mais j’étais contre sa prolongation. Nous avions besoin de nous retrouver seuls à nouveau pour pouvoir retrouver nos valeurs. Pour pouvoir être des Béonides, et non des émules de Centaures.

Petit à petit certains Béonides commencèrent à joindre leurs voix à la mienne. A force de parler de la qualité exceptionnelle de la viande de Centaure dont nous étions privés, l’eau vint à la bouche de certains jeunes.

Cette période fut épuisante. Mon stock de viande de Centaure était vide, et je devais subsister uniquement sur les maigres Humains et loups, sur les Démons décharnés et quasiment sans substance. Les difficultés pour faire entendre ma voix pesaient lourd sur mon âme, et je fus une nouvelle fois près d’abandonner.

Mais c’est heureusement à ce moment que les autres voix de ceux qui croyaient encore en nos valeurs se firent entendre de plus en plus, sans doute réveillées par le départ d’anciens compagnons de route. Le vieux Bozzer voulait de nouveau un festin de Centaure. Le jeune Turak qui avait connu nos enseignements mettait maintenant son énergie légendaire pour un retour des valeurs. Le puissant Nimbus ne souhaitait rien tant que multiplier les combats et sentait que les Centaures seraient des adversaires à sa mesure. Hagmann sentait sa fougue bridée par notre alliance. Gus l’ancien, bien que plus modéré, avait été attristé par le départ de tant d’amis. D’autres encore commencèrent à se poser des questions sur ce passé glorieux que nous avions, sur les raisons de ces valeurs, ce qu’elles représentaient, ce qu’elles étaient.

Finalement, l’alliance avec les Centaures fut enfin rompue. Comme toujours nous avons repris notre indépendance dans l’honneur, en laissant nos alliés en position de force. Le retour de la bonne chaire, des Barbeuks a maintenant ramené la convivialité parmi les Béonides. Cela ramène également une certaine joie dans mon esprit.

Ma tâche est maintenant accomplie. J’espère que ces enseignements resteront présents dans l’esprit de notre peuple. Que notre âme soit pure ! Que nos bras soient d’acier ! Que notre courage soit éternel ! J’espère que notre peuple saura tirer les bons enseignements de mon histoire et que nos choix futurs ne se feront plus jamais au détriment de notre âme et de notre identité.






Voîlâ, suís fãtïgùê maînteñänt … J'àî åççómþlìs grâñdè öeuvre þãrmî lès Bèöñîdês. J'espérè qüé lës däñgèrs de lä fäcílîtë né sèrønt þãs oüblïes. D'äùtres pêúvêñt máîntéñåñt preñdrê lé rèläìs, èt rêlayér móñ hístöïrè qùäñd ce será ñëçéssåiré. váìs máíñtëñánt me rëtirér póúr rëssøúrcêr. Péut-ètré rëvîeñdråìs- úñ jóûr ... suís si fåtigüê !
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité





Thème: subSilver (583)

MessagePosté le: 20 Juin 19:56    Sujet du message: Répondre en citant

A bientôt, vieil et cher Elrond!
Ton exemple sera relevé par nous, les plus jeunes, mais nous allons suivre tes enseignements afin de ne pas sombrer dans la facilité et la soumission envers les autres peuples! Notre race ne doit sa survie et sa réputation que par vous, nos Anciens, et nous nous efforcerons de ne jamais l'oublier, jamais vous oublier!
Je sais d'ores et déjà l'immense peine que ta retraite va occasionner à notre peuple, mais nous porterons tres haut ton flambeau sur les champs de bataille, mais aussi lors de nos barbeuks que tu connais si bien!
Mon coeur saigne et mon âme pleure, mais je pose un genou à terre pour te saluer, mon Ami, mon cher Ami!
Revenir en haut
attila
vicomte
vicomte


Inscrit le: 13 Mar 2005
Messages: 13453
Thème: xm-jdr (983)
Localisation: dans le ravin parce que j'ai fait le malin
écu: 56

MessagePosté le: 20 Juin 20:31    Sujet du message: Répondre en citant

En tant que démons je pleurerais la perte d'un ennemi puissant et loyal.
Salut à toi Elrond le tueur de ( mes ) loups.
_________________
Attila
Saigneur de guerre démon
Gardien des portes de Pandora
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Turak
duc
duc


Inscrit le: 24 Nov 2004
Messages: 2661
Thème: Xm-Halloween (2007)
Localisation: A tàblê !
écu: 43

MessagePosté le: 21 Juin 7:22    Sujet du message: Répondre en citant

Mon coeur est infiniment triste, à l'écoute d'une telle nouvelle.
Je te souhaite de trouver un repos à la hauteur de tes agissements dans la Montagne. Puisses-tu reposer en paix.
Quant à moi, je te remercie, pour tout ce que tu m'a appris, pour tout ce que tu as fait pour les béonides d'hier, d'aujourd'hui et, tu peux compter sur nous, de demain.
Ton histoire restera à tout jamais gravée dans nos mémoires, et sera chantée aussi souvent que necessaire, dans l'espoir de pouvoir garder indéfiniment nos si chères valeurs.
Merci, merci mon tonton !

_________________
Cáïlløù
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
pangolin
archiduc
archiduc


Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 1006
Thème: Xm-Halloween (2007)
Localisation: BEUW MEUh meuw MEUW
écu: 63

MessagePosté le: 25 Juin 9:33    Sujet du message: Répondre en citant

-BEUW MEUH MEUW MEuuuuuw!Beuuuuuh?
-"ça m'a donné faim!Où sont les centaures?"
_________________
Karkachi_Kobalt (où Karkachi est une grosse bébète puante et Kobalt un volatile puant)
Organisateur du Désordre Organisé des Béoerserkers
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 28 Oct 17:10    Sujet du message: Répondre en citant

11- La grande chasse

Après une longue période de méditation pendant laquelle j'étais plus esprit que corps, je me suis à nouveau senti prêt à affronter le monde. Mais beaucoup de choses avaient changé pendant mon absence. La première était que les loups représentaient à nouveau une menace. Un nouvel ordre des choses rendait leur tanière beaucoup plus puissante. Personne ne s'en étant réellement soucié, les loups avaient déferlé à nouveau et menaçaient de se rendre définitivement maîtres des terres neutres. Il devenait difficile de s'y déplacer, et je pus sentir un vent de panique commencer à souffler parmi les différents peuples.

Cela ne devait être, aussi je décidais d'insuffler un nouvel esprit dans notre peuple. Il fallait à tout prix faire tomber cette tanière. Et cette fois-ci, malgré une longue absence, nombreux étaient ceux qui se souvenaient de moi. Ma voix fut écoutée instantanément et de nombreux Béonides prirent en charge les opérations. Plusieurs parmi nous abandonnèrent leur carrière pour rejoindre les rangs des chasseurs. Un appel aux autres races fut fait, des alliances furent créées. Jamais une telle puissance n'avait été réunie dans notre monde. Mais jamais la menace n'avait été aussi importante.

Malgré une certaine résistance venant principalement du peuple centaure, l'effort fut poursuivi sans relâche. Menés par les Béonides, cette alliance fit preuve de courage et avec l'aide de certains Hommes et certains Démons, nous finîmes par faire tomber cette maudite tanière.

Hélas, cet exploit ne restera sans doute dans les moires que comme un acte vain. Ainsi tous les mois la tanière reprend sa puissance et finit par devenir irrésistible, lassant même les esprits les plus persistants. Peut-être ne tombera-t-elle plus jamais. Néanmoins, un effort plus important est fait maintenant pour maintenir la population des loups, qui malgré cette tanière indestructible ne parvient plus à croître comme elle l'avait fait.

Je suis fier de mes frères Béonides qui ont su montrer une fois de plus à tous quelle pouvait être la volonté de notre peuple. Je participe maintenant à maintenir la population de loups à un niveau acceptable. Ce sont de fiers adversaires qui ne font pas de concession. Et je sais que nombreux sont ceux qui mènent cette même lutte à mes côtés.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 06 Jan 15:25; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 24 Nov 11:07    Sujet du message: Répondre en citant

12 - La forteresse !

Ayant envie de retrouver à nouveau du gibier Centaure pour nous repaître, nous avons établi une alliance avec les Hommes. Le but était de bouter les Centaures hors de leurs murs afin de pouvoir de nouveau en disposer largement. Nos ennemis préférés nous manquent à chaque fois qu'ils se réfugient derrière leurs murs.

Après plusieurs assauts et plusieurs changements de forteresse, l'une d'elles finit dans nos mains. Ingrats après les nombreuses fois où nous les avions aidés à retrouver leur bien, plusieurs Hommes furent insultants à notre égard. Une fois encore ils espéraient certainement profiter de nous pour n'en tirer que des avantages. Heureusement cette attitude indigne ne fut pas partagée par tous. Néanmoins, cela montre que les valeurs ne sont jamais présentes chez tous.

Cette fois donc, nous décidâmes de conserver un peu la forteresse. Pendant quelques temps nous arrivâmes à la défendre contre tous ceux qui s'en prenaient à nous. Notre peuple avait grandi en nombre et en force depuis nos débuts, et nous étions maintenant capables de tenir seuls sans faillir du haut de nos remparts. De nombreux Barbeuks furent organisés. Il faut dire que les terres que nous possédions nous rendaient la chasse facile, et la forteresse elle-même était bien pratique pour stocker nos provisions.

Jusqu'au jour où Turak parvint à la conclusion que cela faisait trop longtemps. Comme cela pouvait être à craindre, nos esprits se ramollissaient. La facilité gagnait petit à petit. Il lança donc un avertissement qui fut entendu. La plupart d'entre nous étaient d'accord, défendre une forteresse était loin de nos idéaux. Plus que cela, il fit une proposition. Quelque chose qui n'avait jamais été fait. Il proposa que nous abandonnions tout simplement la forteresse, la laissant à qui la voudrait.

Nous décidâmes donc de passer aux votes. Chacun fut invité à s'exprimer, les messages furent multiples pour cela. La décision d'abandonner la forteresse fut finalement prise à l'unanimité des opinions exprimées, et à la majorité large des votes. Hélas, Turak avait vu juste. Cette sédentarisation trop longue avait affaibli la volonté de certains d'entre nous. Malgré nos appels multiples, quelques-uns s'estimèrent insatisfait. Bien qu'ils n'aient pas osé exprimer leur opinion, ils s'estimèrent lésés et tentèrent tout de même de conserver la forteresse en recrutant autant qu'ils le pouvaient de mercenaires.

Cette attitude fut regrettable pour plusieurs raisons. Elle était sournoise, puisqu'il s'agissait de membres agissant discrètement contre la volonté exprimée de notre peuple. Et pire encore, elle semblait montrer que les Béonides était un peuple qui n'avait pas de parole. Ce ne fut que bien tard que l'un d'entre eux fini par s'exprimer avant de nous quitter. Je regrette qu'il n'ait pas compris notre peuple. Depuis toujours nous avons permis à tous de s'exprimer, et nous avons toujours porté attention même aux voix des plus jeunes d'entre nous J'espère que ceux-ci n'hésiteront plus à dire ce qu'ils pensent.

La plupart d'entre nous étant revenus à la montagne, la défense de la forteresse ne pouvait pas durer longtemps, malgré le fait que notre déclaration avait eu un effet inattendu. De peur de se couvrir de honte en attaquant un lieu quasi-abandonné, la plupart des peuples hésitèrent à se lancer à l'assaut de notre forteresse. Elle finit tout de même par tomber, et après plusieurs passes d'arme entre les différentes races par aboutir à nouveau entre les mains des Centaures.

Les Hommes avaient déjà montré un certain courage et une force en délogeant les Centaures de leur forteresse plutôt que de s'attaquer à la nôtre. Les Centaures montrèrent qu'ils avaient définitivement abandonné les voies de la nature en recherchant encore et toujours l'abris d'une forteresse. Et les Démons terminaient de montrer qu'ils étaient un peuple désuni n'ayant plus aucune volonté, en restant avec rien.

Quant à nous ? Cet épisode montra une fois de plus que nous étions uniques parmi les peuples. Nous avions réalisé quelque chose qu'aucun autre peuple n'ait fait, et ne fera probablement jamais. Nous avions montré que l'attachement à nos valeurs était plus important que le confort. Nous avions choisi la voie de la difficulté, une fois de plus. Nous ne craignons rien, nous sommes les Béonides !
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 06 Jan 15:19; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 05 Jan 16:23    Sujet du message: Répondre en citant

13 - Une nouvelle croissance

A part quelques rares membres de leur race, la plupart des Démons restaient cloîtrés chez eux. Ils ne faisaient plus peur à personne, ils ne faisaient plus rien. Bien que leurs rangs soient toujours fournis, leur puissance collective était très réduite, leurs actions rares et inefficaces. Même les plus puissants d'entre eux finissaient par être presque oubliés, quasiment relégués au rang de légendes plutôt qu'à celui d'adversaires dangereux.

S'en suivit une période pendant laquelle beaucoup de Démons, dégoûtés de l'absence d'organisation des leurs, finirent par fuir leurs rangs. Nombreux furent ceux qui rejoignirent le peuple Béonide. De nombreuses caractéristiques faisaient de nous les plus proches des Démons. La différence est que malgré notre nombre réduit, nous étions actifs, prêt en permanence à tenter de nouvelles actions.

Ce fut une nouvelle période de danger pour nous. Quand un afflux trop important de membres d'une seule race nous rejoint, il y a toujours le danger qu'ils amènent avec eux leurs propres valeurs et tententr d'étouffer les nôtres.

L'apparition des mariages fut un second point changement significatif. Ces unions entre deux êtres étaient quelque chose de nouveau. Nombreux furent ceux qui se prêtèrent à l'exercice, y compris pour des unions entre races. Les plus malins d'entre nous choisirent des Centaures, leur permettant ainsi de disposer à volonté de rations alimentaires dans leur grotte. Mais plusieurs choisirent également des Humains et des Démons. L'effet inattendu fut que de nombreux êtres de ces races choisirent de quitter la leur pour rejoindre les rangs Béonides. Apparemment, l'attrait de notre race était important. Ceux qui en faisaient partie ne voulaient en général plus la quitter, et cela nous amena du sang frais mais néanmoins fort puissant.

Les choses se passèrent pourtant mieux que la fois précédente. Nombreux étaient ceux parmi nous qui tenaient aux valeurs Béonides, et si les discussions continuaient entre tous, la voix de chacun étant écoutée, celle des anciens était maintenant suffisamment puissante pour ne pas être étouffée, et pour rallier la plupart des nouveaux venus. La liberté resta donc de mise, chacun pouvant mener ses propres actions tout en conservant une certaine unité.

Tout cela eut néanmoins un autre effet relativement inespéré: le réveil tant attendu des Démons. Après une longue période de disette quasi permanente, les démons parvinrent enfin à réaliser une attaque efficace, à prendre la forteresse humaine, et surtout à la conserver.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 10 Fév 13:28    Sujet du message: Répondre en citant

14 - Vaine tentative, vains mots

Les Béonides commencèrent à s'ennuyer. Ce n'est pas qu'ils n'avaient rien à faire, mais finalement, tout finissait par devenir répétitif. Ils formaient des alliances, rasait les forteresses adverses, puis reprenaient leur indépendance. Mais au final, peu de choses changeaient véritablement.

Nous décidâmes donc de nous attacher à trouver des solutions pour changer les équilibres. Plusieurs idées fusèrent, mais l'une d'entre elles nous sembla plus intéressante que les autres. La solution que nous avions trouvée était ambitieuse, et elle serait difficile à réaliser, et elle demandait un certain soutien logistique.

Pour changer encore une fois les données de notre monde, notre premier choix se porta sur les Démons. Cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas fait alliance avec un autre peuple, et certains échos semblaient favorables. Par habitude, le choix de nos victimes fut facile. Les Centaures feraient office de souffre-douleur dans notre tentative.

Les contacts entre les deux diplomates furent effectivement bons et l'alliance fut rapidement nouée. Nous affûtâmes nos armes et nos esprits pour commencer notre œuvre. Mais avant que nous ne puissions commencer, des voix de dissension s'élevèrent parmi les Démons. Ils nous accusaient d'avoir noué l'alliance trop vite et de chercher uniquement à profiter d'eux. Les liens se dégradèrent d'autant plus rapidement que leur diplomate ne put assurer son rôle et que les liens se firent via un pseudo diplomate qui n'en avait pourtant pas les pouvoirs.

La réputation de désorganisation et d'individualité des Démons ne semblait pas usurpée. Celui qui avait repris officieusement les commandes de la diplomatie tenait un double langage. Ses paroles comportaient de nombreux double sens, il était lui-même de toute évidence opposé à cette alliance. Cela nous montra qu'il n'y avait aucun avenir, et surtout que nous aurions beaucoup de difficultés à mettre en œuvre notre plan. La décision fut prise de rompre l'alliance dès que nous aurions quitté la forteresse Démone. Fidèles à notre habitude, nous ne voulions pas trahir en sortant d'une alliance.

Hélas, un autre aspect beaucoup moins bon s'ajouta à cela. Nimbus, l'un des plus anciens d'entre nous confondit liberté et indépendance. Il avait probablement été plus malin que la plupart d'entre nous en prévoyant à l'avance l'attitude des démons. Mais au lieu de chercher à convaincre notre peuple de notre erreur, il se contenta de dire que cette alliance ne lui plaisait pas et qu'il ferait tout pour la casser, seul contre l'avis de notre peuple. Quand la liberté de l'un s'oppose à celle de tous les autres, est-elle encore acceptable ? Son refus de participer aurait certainement été totalement accepté, et préférable. Quoiqu'il en soit, il ne supporta pas les critiques qui furent faites à l'encontre de son attitude et disparut …

L'erreur provint-elle de cet individu qui ne sut pas ravaler son orgueil, et qui s'obstina à refuser de reconnaître la moindre erreur, d'intention comme de méthode ? Ou provint-elle de notre peuple qui ne sut pas voir immédiatement la duplicité des Démons ? Pourtant, je ne pense pas que nous avons simplement été asservis par les Démons. Cette alliance était notre choix et notre initiative, et même si je pense que nous offrions quelque chose aux Démons, elle servait avant tout à atteindre un objectif que nous nous étions fixé. Mais peut-être aurions-nous dû chercher alliance avec un autre peuple.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 13 Fév 13:12    Sujet du message: Répondre en citant

15 - Les voyageurs

Un démon initia ce qui devint chez nous une mode. Kamino partit en voyage pour découvrir les différentes races et ce qu'elles pouvaient offrir. Bien que la fermeture d'esprit des Centaures et des Humains faillit faire complètement échouer son aventure, les Béonides en décidèrent autrement. Malgré les craintes évidentes que ce voyageur ne devait être autre chose qu'un espion, nous décidâmes de lui laisser découvrir notre peuple.

Le jeune Démon fut donc accueillit par un grand Barbeuk, histoire de le plonger immédiatement dans nos traditions. Bien que son passage fut relativement bref, il se passa dans la bonne humeur habituelle de notre peuple, et son départ fut célébré comme l'achèvement d'une œuvre. Nous ne saurons peut-être jamais s'il est réellement venu nous étudier ou nous espionner. Mais nous sommes relativement sûrs que nous laisserons de bons souvenirs dans sa mémoire.

Toutefois, son idée ne resta pas ignorée, et pendant la période qui suivit, plusieurs Béonides partirent à leur tour pour effectuer des voyages, soit de découverte des autres races, soit de retour aux sources, tentant de retrouver un peu de leur passé et de leurs origines. Cela ressemblait presque à une hémorragie, de nombreux piliers de notre peuple ayant ainsi disparu en peu de temps, certains pour se rendre parmi les Humains, d'autres parmi les Démons. Aucun toutefois ne choisit de se rendre parmi les Centaures. Nos peuples étaient probablement trop opposés. Néanmoins tous avaient promis de revenir.

Lorsque nous les croisions lors de nos chasses, nous n'hésitions pas à nous rappeler à leur bon souvenir, chacun à notre façon. Et à chaque fois ils nous racontaient combien la montagne leur manquait. Mais pendant longtemps aucun d'eux n'est revenu, ils devaient accomplir leur mission. Que trouveront-ils ? J'espère qu'ils reviendront pour nous le raconter.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 17 Fév 14:44    Sujet du message: Répondre en citant

16 - Le renouveau de la tanière

La croissance de la tanière ne gênait plus vraiment grand monde, la population de loups étant assez facilement maintenue sous contrôle par les quelques chasseurs, aidés par ceux que les loups gênaient occasionnellement, ainsi que par les dresseurs qui leur faisaient perdre leur liberté, les rendant ainsi moins dangereux.

Mais soudainement, les choses changèrent. Cette nouvelle puissance que la tanière avait acquise semblait la rendre plus dangereuse. En effet, le nombre de loups qui en sortaient devenait plus important. Il était maintenant difficile d'en maintenir la population sous contrôle. De nouveau leur population devint telle qu'il fut difficile de se déplacer dans la zone neutre.

Cela me plaisait au plus haut point. Les loups étaient maintenant nombreux à tomber dans mes pièges, et mes talents de chasseur devenaient chaque jour plus aiguisés. Je pus constater la même attitude chez de nombreux Béonides. Les loups étaient maintenant faciles à trouver, et ils devinrent plus importants dans notre alimentation.

Mais la gêne devait tout de même importante pour beaucoup. L'activité autour de la tanière devint plus importante. Plus nombreux étaient ceux qui voulaient voir sa force réduite. Mais également plus nombreux étaient ceux qui venaient la défendre. Certains d'entre eux je pense, voulais véritablement défendre la tanière. Mais d'autres profitaient que nous soyons occupés sur celle-ci pour venir lâchement nous attaquer.

Les tensions augmentaient, trois races commencèrent à se poser des questions pour essayer de trouver une solution. Une alliance fut finalement conclue. Cette alliance chercherait à détruire la tanière, et une fois cet objectif atteint les Beonides s'assureraient que les Démons auraient une forteresse pour s'abriter. Bien que pas vraiment convaincus par ces termes, nous finimes par les accepter, avec une idée légèrement différente en tête.

Ainsi, notre première action commune fut de prendre la forteresse Centaure. Cela nous donna une bonne plate-forme de lancement pour pouvoir ensuite nous attaquer à la tanière. Ce fûmes nous qui portâmes le coup de grâce. La forteresse était Béonide. Cela engendra certains ressentiments dans les rangs des Démons, bien que nous leur assurâmes que nous leur rendrions la forteresse une fois la tanière détruite.

Les Centaures clamèrent à la trahison, disant que nous étions plus intéressés par reprendre une forteresse que par attaquer la tanière et que les mots proclamés par notre alliance étaient vains et mensongers. Sont-ils vraiment si stupides ? Ne pouvaient-ils pas voir que la possession d'une zone pour nous ressourcer était idéale pour attaquer efficacement la tanière ? Ou étaient-ils seulement vexés d'avoir perdu leur forteresse, et inquiets à l'idée des difficultés qu'ils allaient rencontrer maintenant qu'ils seraient condamnés à arpenter la zone neutre ?

Et puis le travail commença.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 14 Mar 10:43    Sujet du message: Répondre en citant

17 - Une période incertaine

Les temps qui suivirent sont difficiles à qualifier. Malgré l'accord de non-agressions que nous avions conclu entre notre alliance et les humains pour attaques la tanière, ces derniers ne firent quasiment aucun effort. Ils semblèrent se laver les mains de la situation, restant cloîtrés dans leur forteresse. Ils communiquaient relativement peu et il était difficile de savoir que penser de leur vision de la situation.

Les Centaures reprirent enfin une certaine fierté. Leur retour forcé à la nature leur fit le plus grand bien, et de nombreuses batailles eurent lieu aux alentours de la tanière. Il me sembla rapidement que les Démons étaient légèrement plus nombreux que les Béonides à attaquer la tanière. D'un autre côté, nous le leur rendions bien, assurant à notre alliance la possession quasi-permanente de plusieurs temples pour approvisionner nos mages en énergie.

Il faut dire que certains d'entre nous étaient lassés d'être vus comme ceux devant se dévouer pour le bien de notre monde. Pourquoi compte-t-on toujours sur les Béonides quand le monde va mal, comme par exemple pour prendre en main la destruction de la tanière. Notre action dans ce sens fut donc moins soutenue que d'habitude. Mais un grand travail était fait pour maintenir la population de loups à un niveau constant et encore acceptable.

J'ai pris au piège un nombre très important de loups pendant cette période. Ces animaux commençaient à avoir la vie tellement facile qu'ils ramollissaient à leur tour, à l'image de ce mal qui touchait si facilement leur protecteurs Centaures. Nous nous efforcions donc de les combattre en permanence, nous assurant que les plus faibles périssaient rapidement, permettant à leur race de conserver une certaine valeur, et surtout un goût pas trop gras.

Une fois encore, les Démons montrèrent une certaine duplicité. Insatisfaits de la situation, ils commencèrent à réclamer que nous leur rendions la forteresse immédiatement. N'ayant guère de goût pour celle-ci, nous n'avions aucune intention de la conserver. Mais elle restait tout de même une sorte de garantie que les Démons continueraient à œuvrer pour l'alliance comme cela était prévu. Malgré un avis très partagé de notre peuple, notre diplomate prit tout de même la décision d'obtempérer.

Alors que nous étions prêts à leur offrir la forteresse sur un plateau, les Démons réussirent à faire preuve de suffisamment de désorganisation pour échouer dans leur première tentative. Un nombre plus grand encore de voix s'élevèrent dans notre peuple pour conserver la forteresse tant que la tanière tenait, histoire d'en rester aux termes initiaux de l'alliance, mais la décision avait déjà été prise de faire une seconde tentative de la remettre aux Démons. Cette fois-ci elle réussit. Heureusement le diplomate Démon lui-même semblait être à ce moment là un être de parole, et l'alliance fut renouée pour continuer notre objectif.

La situation restait tendue dans notre peuple. Après tout, nous n'étions toujours pas satisfaits d'être considérés comme un peuple bon pour servir les autres. Nombreux étaient ceux qui n'étaient pas vraiment satisfait de rester en alliance avec les Démons, d'autant moins que ceux-ci continuaient de prouver qu'en tant que peuple, ils n'étaient pas vraiment fiables. Certains étaient également peu enthousiastes à l'idée de détruire la tanière. Après tout elle était la source d'une de nos nourritures favorites.

Mais la destruction de la tanière pour certains, la nécessité de pouvoir restaurer nos forces loin des difficultés de la zone neutre pour d'autres, le plaisir de maintenir les Centaures proches de la nature et plus goûteux pour tous firent que nous étions toujours favorables pour le maintien de l'alliance pour le moment.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 28 Mar 14:01    Sujet du message: Répondre en citant

18 - Le déshonneur des Centaures

Le premier grand éclat de cette période fut l'auto proclamation d'une soi-disant nation visant à protéger les loups et la tanière. Alors que la plupart des Centaures clamaient qu'ils étaient satisfaits d'être retournés à la nature, qu'ils continueraient de protéger les loups, certains allèrent un pas plus loin. Accompagnés d'un Démon, ils établirent que la zone entourant la tanière resterait interdite à tout être qui ne se déclarerait pas comme ami des loups et protecteur de la tanière.

Cela semblait simplement dans la continuité de la protection de la tanière contre les attaques actuelles, avec une intention de continuer cela tant qu'ils le pourraient. Beaucoup leur rirent au nez, et continuent de le faire aujourd'hui.

Les Centaures semblaient satisfaits de leur situation, travaillant sans relâche à la protection des loups. Il est vrai que l'attaque de la tanière avait été rendue difficile par la protection des Centaures. Mais il semblait que cela serait maintenant encore plus difficile.

Soudainement pourtant, la tanière fut désertée de ses défenseurs. Enfin elle fut facile attaquer, et ses défenses baissèrent rapidement. Il était temps car la menace de la pleine lune commençait sérieusement à approcher.

Et puis très peu de temps après tomba la nouvelle. Les Centaures avaient repris la forteresse aux Hommes. Ils proclamèrent aussitôt que cela était une attaque stratégique pour avoir une base de lancement pour la défense de la tanière. Ils isèrent dire cela, eux qui avaient tant décrié le fait que nous avions pris leur forteresse pour mieux attaquer la tanière.

Et pourtant, toujours la zone de la tanière restait vide de défenseurs. Je me suis demandé un instant comment cela pouvait être possible. Et puis une réponse m'est venue. Aussitôt prise la forteresse, les Centaures ont été repris de leurs vieux "démons", la mollesse et le confort. A nouveau ils se sont contentés de rester cloîtrés chez eux, protégeant cette forteresse et ces terres avant de protéger tout ce qu'ils avaient dit qui avait tant d'importance à leurs yeux, à commencer par la tanière et les loups.

Même ces quelques Centaures qui clamaient que les terres n'ont pas d'importance à leurs yeux et que la protection de la tanière était leur premier objectif n'étaient pas là pour tenter de nous déloger de celle-ci. Au contraire, ils semblaient se complaire dans le confort et la protection des nouvelles terres Centaures.

Le dernier point de ma réflexion fut le suivant. Si leur intention était réellement de pouvoir mieux défendre la tanière, bien que leurs actions semblent le démentir, alors pourquoi avoir pris la forteresse des humains. Etait-ce par lâcheté ? Avaient-ils peur d'échouer à prendre celle des Démons, puissamment défendue ? Pourtant, cela aurait été le meilleur choix stratégique pour défendre la tanière, puisque cela aurait supprimé leur zone de récupération à ceux qui étaient justement les plus farouches opposants à la tanière.

Ainsi, tout ce que j'ai retenu de cet épisode est que les Centaures se sont montrés à ce moment-là en contradiction avec tout ce qu'ils avaient clamé haut et fort, et qu'ils ont agit de façon faible, presque déshonorante. S'ils avaient été des Béonides alors cette action aurait été totalement déshonorante ! Ils trouveront toujours des excuses, clamant de vouloir avoir un point de ralliement, de vouloir soutenir leurs jeunes. Mais même si cela est vrai, cela se fait aux dépends des valeurs et objectifs qu'ils avaient clamé comme étant primordiaux. Et c'est en cela que leur action est déshonorante.

Tout en continuant de respecter une partie de leurs membres, je dois dire que cet épisode a fait disparaître le peu de respect qui me restait pour ce peuple pourtant autrefois si fier. Sauront-ils un jour retrouver cette fierté ? Je ne le sais pas, même si je ne peux m'empêcher de l'espérer.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !


Dernière édition par Elrond le 18 Avr 16:38; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 18 Avr 16:37    Sujet du message: Répondre en citant

19 - Le retour à la normale

Tandis que le retour à la mollesse des Centaures semblait se confirmer, la puissance de la tanière diminuait rapidement malgré quelques difficultés dues au retour de la pleine lune. La population de loups fit de même, permettant à nouveau de se déplacer dans de meilleures conditions.

Les élections diplomatiques suivantes furent l'objet de ce qui n'était qu'une demi-surprise. Les Démons élirent un diplomate qui était opposé à l'alliance. Nous étions plus ou moins préparés à cela. Néanmoins, ils agirent avec la sournoiserie à laquelle nous pouvions nous attendre de leur part, rompant l'alliance quasiment aussitôt, ne nous laissant pas le temps de nous retourner. Ils eurent beau nous promettre qu'ils continueraient comme avant d'attaquer la tanière, cela ressemblait juste à quelques miettes qu'ils nous jetaient pour tenter d'éviter de soulever notre mécontentement et d'avoir à en subir les représailles.

Néanmoins, quelques-uns uns de nos plus puissants membres qui se trouvaient dans la région en profitèrent pour faire une grande collecte de matière première démone, massacrant tous ceux qui se trouvaient sur leur forteresse. N'étant pas présent sur les terres Démones, je célébrai l'occasion à ma façon en renvoyant Diablo en enfer !

Il est juste regrettable que nous n'ayons pu en profiter pour terminer de réaliser certains autres projets. Enfin finalement, les choses rentraient plus ou moins en ordre. Toutes les races étaient en guerre. La seule trêve relative qui existait toujours concernait la tanière qui restait un objectif important pour la plupart.

Restait à savoir combien de temps les Démons, race relativement faible collectivement, arriveraient à conserver leur forteresse contre les assauts qu'ils allaient forcément subir, tant de notre part que de celle des Humains. Et en effet, très peu de temps après, nous reprîmes la forteresse et y restâmes jusqu'à la chute de la tanière.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 05 Mai 11:09    Sujet du message: Répondre en citant

20 - La chute de la tanière.

Malgré l'évolution de la situation, l'attaque de la tanière continua, et les défenseurs, essentiellement Centaures, l'ayant totalement désertée, elle fut rapidement achevée. Une fois encore, ce ne fut pas la race qui s'était le plus démenée qui termina le travail. Ce fut un Humain cette fois-ci. Néanmoins, je suis tout de même satisfait du fait que celui qui porta le coup de grâce était un chasseur de métier, Targa.

Targa fait partie avec le Démon Héraïtos et moi-même des trois grands chasseurs de ce monde. Peut-être un jour serons-nous plus nombreux, pour faire face à une population grandissante de dresseurs de métier.

Après cela, la situation reprit son court normal. Une nouvelle tanière fit son apparition, et commença à nouveau à croître. Certains dresseurs faisaient un effort pour tenter de la protéger contre des attaques régulières, mais sans réelle conviction. De nouveau les habitants de notre monde semblèrent s'en désintéresser.

Alors que les Centaures se cloîtraient dans leur forteresse, en interdisant totalement l'accès, nous abandonnâmes petit à petit la défense de la nôtre. Elle finit par retomber au mains des Démons. Mais fidèles à leur désorganisation, ils ne réussirent une fois de plus pas à la tenir bien longtemps et elle retourna aux mains des Humains.

Cette période fut relativement calme au niveau diplomatique. Après une période quasiment frénétique due à la crise de la tanière, nous étions maintenant au creux de la vague et rien ne se passait. Alors que les loups manquaient à nouveau sérieusement dans notre alimentation, cette situation de guerre totale était heureuse puisque les ennemis étaient nombreux, nous permettant de survivre assez facilement, même si les Centaures restaient relativement rares, restant terrés chez eux.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elrond
archiduc
archiduc


Inscrit le: 26 Nov 2003
Messages: 1436
Thème: subSilver (583)
Localisation: Chässänt ä trãvers lès plâìnés
écu: 562

MessagePosté le: 09 Juin 10:58    Sujet du message: Répondre en citant

21 - L'ordre du chaos

De cette période de calme naquit une nouvelle tentative de faire bouger le monde. Une poignée de vieux combattants expérimentés de toutes les races, accompagnés de quelques plus jeunes, décidèrent de s'assembler. Il semble que chacun avait ses raisons, ses objectifs propres. Néanmoins, tous avaient la sensation que tenter des actions communes permettrait à chacun d'atteindre leurs buts.

Pour le reste d'entre nous, cela restait flou. Je pense que cela devait être flou pour plusieurs des membres de ce groupe. Quoiqu'il en soit, ils s'étaient surtout fixé des moyens d'actions et quelques objectifs à court terme, afin de montrer qu'un petit groupe peut être capable de changer des choses.


Je
ne suis pas très sûr de comprendre ce dernier objectif, puisque cela avait été démontré maintes fois par les Béonides. Race la moins nombreuse, nous avons souvent démontré une capacité d'action très importante. Je ne sais donc pas ce que les Béonides adhérants à ce groupe cherchaient à prouver de différent. Quoiqu'il en soit, cette expérience avait entre autre pour but de mettre de l'animation et du chaos, et cela n'était pas pour me déplaire. Ce qui me déplut néanmoins, ce fut que leur premier choix fut d'agir sous couverture Béonide. Cela signifiait que de nombreux usurpateurs s'intégraient à nos rang pour mener des actions, et bien sûr qu'ils n'étaient plus des proies acceptables pour nous. Quelle tristesse, tous ces combattants potentiels que nous ne pouvions plus affronter.

Instantanément, alors que nous ne savions pas vraiment quels étaient leurs objectifs réels, et n'avions qu'une vague idée des moyens qu'ils prévoyaient de mettre en œuvre, une opposition commença à se former, contenant de nombreux Béonides. Tous affirmaient, sans avoir plus d'idée sur les moyens et les objectifs, qu'ils lutteraient contre ce nouveau groupe.

De mon côté, tout ce que je savais est qu'une période de vaches maigres s'apprêtait à commencer tant que ces usurpateurs continueraient à se cacher parmi nous, et qu'une période faste se préparait lorsqu'ils choisiraient une autre couverture qui me permettrait d'affronter certains de nôtres dans des combats que j'espérais épiques. Mais en attendant que cela arrive, il ne me restait qu'à me rabattre sur les quelques loups qui parcourraient les terres neutres suivant l'anéantissement d'une nouvelle tanière par le grand chasseur Démon.


L
eur première action significative fut de prendre la forteresse Centaure au nom des Béonides. Notre peuple se sentait tellement lésé par cette action qu'il fut décidé immédiatement de laisser cette forteresse à l'abandon et de ne faire aucun effort pour la protéger. Cette prise n'était pas du fait de notre peuple mais essentiellement de quelques usurpateurs, et elle n'avait pas été fêtée comme elle se doit.
_________________
Lá viê þàrãït µöîñs loñgüé ã quî vèüt vïvrè lõñgtémps !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forumxm.com Index du Forum -> Histoires et récits divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com